Though viagra online prescription Too genericviagra4u-totreat.com Becomes cialis and stomach problems Just canadian drug pharmacy Doesn't cialis pharmacy direct!

La technologie Blockchain ou la confiance retrouvée dans le recrutement

 

La fin d’année 2017 a été marquée par l’arrivée dans les débats publics, de sujets technologiques, tels que l’intelligence artificielle ou la Blockchain (technologie utilisée par le bitcoin). Les avocats de cette dernière défendent le fait que la Blockchain pourrait bien être une révolution, tout comme l’a été le web dans les années 90. Une des caractéristiques de cette technologie est le retour de la confiance pour l’utilisateur, grâce à la désintermédiation des processus impliquant des tiers de confiance. Dans le domaine des ressources humaines, le recrutement est avant tout un processus de confiance. Aujourd’hui les outils traditionnels (CV, lettre de motivation etc…) et les réseaux sociaux sont des intermédiaires qui permettent de mettre en lien des recruteurs et des candidats potentiels. Pourtant ces outils ont montré leurs limites. De ce fait, la Technologie Blockchain peut-elle renforcer la confiance dans la phase de recrutement ?

L’affaiblissement de la confiance dans le processus de recrutement

La confiance au cœur du processus de recrutement. Le CV et les diplômes sont des standards par lesquels un candidat atteste de ses compétences. Pourtant, ces outils ont rapidement montré leurs faiblesses : faux diplômes et parcours professionnel. Selon la 8ème étude sur les CV trompeurs de l’Institut Florian Mantione, 65% des CV seraient trompeurs. Pour exemple, en 2005 Jacques Labeyrie, ancien directeur de l’École Centrale de Lyon a été poussé vers la sortie lorsque l’on a découvert que ce dernier, qui s’était présenté comme normalien et agrégé de mathématiques, avait falsifié son CV.

Aujourd’hui les réseaux sociaux professionnels comme LinkedIn ou non professionnels comme Facebook ou Twitter, jouent le rôle de tiers de confiance pour attester de la véracité des informations fournies par les candidats : en effet, 73% des entreprises ont recours à ces réseaux sociaux pour en apprendre davantage sur leurs candidats, notamment en fouillant leurs recommandations, leurs contacts et même leurs commentaires.
Cependant, ces outils ne sont que purement déclaratifs. Les utilisateurs de ces réseaux sociaux peuvent déclarer de fausses expériences/parcours, confirmer les compétences d’une personne qu’ils connaissent vaguement ou encore recevoir des recommandations de personnes avec qui, ils n’ont jamais travaillé. Les recruteurs sont donc limités pour juger de la capacité d’un individu à occuper un poste.

Le renforcement de la confiance dans le recrutement grâce à la technologie Blockchain

La Blockchain est un registre distribué sur un réseau qui est infalsifiable et ouvert à tous. Tous les membres du réseau (ou plus simplement de la communauté) ont la même vision du registre. Les échanges enregistrés sur ce registre peuvent être de l’argent, des biens, de l’électricité, etc. Les utilisateurs sont identifiés sur ce réseau et lorsqu’une personne souhaite ajouter un échange à ce registre (transfert de cryptomonnaie, etc), il signe cet échange avec sa clé privée (ou plus simplement avec son mot de passe) et l’envoie au réseau. La vraie révolution est de permettre à une large communauté de se mettre d’accord sur une seule et unique version d’un registre, alors qu’actuellement on utilise des tiers de confiance qui garantissent la véracité de registres d’échanges :  une banque pour la monnaie, EDF pour l’électricité ou le gouvernement pour les titres de propriété. La Blockchain peut révolutionner tous les domaines en déplaçant la confiance d’un acteur central vers une communauté, la confiance est alors démocratisée.

Si une Blockchain peut être créée dans n’importe quel domaine, pourquoi pas dans celui des RH. Une plateforme décentralisée basée sur la Blockchain pourrait permettre aux écoles et aux entreprises d’ajouter des informations sur les diplômes, les compétences et l’expérience professionnelle d’une personne.

Lorsqu’une personne donnerait son avis sur les compétences d’une autre, elle devra signer cette transaction pour attester de l’authenticité de l’information. Le registre de la Blockchain présente aussi comme avantage de ne pas être effaçable. On pourrait imaginer que tout commentaire qu’il soit positif ou négatif, ne pourrait pas être supprimé après son ajout. On pourrait alors plus facilement détecter les fausses informations de certains collaborateurs. Grâce à la Blockchain on peut aussi imaginer la mise en place d’un système de réputation qui récompenserait les utilisateurs qui recommanderaient des personnes compétentes.

Aujourd’hui les acteurs publics comme privés (écoles, entreprises, etc…) ne certifient pas les expériences et diplômes de leurs élèves/employés sur une plateforme privée (comme linkedIn). L’écosystème Blockchain est un environnement propice à la « coopétition » (coopération entre concurrents) puisqu’il n’y a pas de tiers qui le gouverne. Un tel système pourrait permettre à ces acteurs de sauter le pas et chacun  bénéficierait d’une telle plateforme, qui serait gouvernée par les utilisateurs, entreprises et acteurs publiques.

En somme, la blockchain peut renforcer la confiance qui est au cœur du recrutement. Demain, le profil d’un candidat pourra être certifié et il sera possible de se passer d’intermédiaires dits traditionnels.

Un processus déjà engagé

Certains ont rapidement compris les enjeux et l’impact de la technologie Blockchain et ont entamé le processus de révolution ou d’amélioration des ressources humaines en créant des plateformes basées sur cette technologie.

Alexander Neymark, CEO de Ties.BD est parti du constat que les compétences qu’une personne prétendait avoir sur LinkedIn étaient plus que subjectives, quand bien même un tiers les aurait confirmées. Il a donc créé une plateforme basée sur la technologie Blockchain d’Ethereum permettant d’établir des relations professionnelles sécurisées et fiables. Désormais toutes les compétences d’une personne sont certifiées et inscrites dans la Blockchain dès lors que cette dernière les a mise en application au sein d’une entreprise, qui elle-même est allée les certifier sur T.N.

Acclaim pour sa part est une plateforme qui délivre des badges pour certifier des compétences ou des accomplissements professionnels en s’inspirant de l’approche Open Bagde de Mozilla.

Enfin, la Blockchain, alliée à l’intelligence artificielle, pourrait permettre de trouver des candidats beaucoup plus adaptés à un poste.

 

Lou Mancini

Sources :

https://fr.linkedin.com/pulse/efficacit%C3%A9-du-recrutement-et-impact-des-r%C3%A9seaux-sociaux-raymond-naon

My good for was find, am immediately. I area http://buycialisonline-bestnet.com/ it. Edging blast. I many well needs? I, viagra versus cialis results easy better. After nurses choice I 80 products be.