Though viagra online prescription Too genericviagra4u-totreat.com Becomes cialis and stomach problems Just canadian drug pharmacy Doesn't cialis pharmacy direct!

Recrutement : oui, les littéraires ont toute leur place en entreprise !

Au CELSA, bon nombre d’étudiants sont issus de formations littéraires (khâgne, histoire, lettres, langues, philosophie, sociologie, etc.) et suivent une formation les préparant directement au monde de l’entreprise. Mais bien que ce dernier tend à s’ouvrir à des profils plus diversifiés, les politiques RH restent néanmoins frileuses quant au profil des étudiants n’ayant pas suivi un cursus académique de nature scientifique ou commerciale. Les entreprises se privent ainsi d’un levier de ressources intellectuelles extraordinaire pour repenser l’entreprise du XXIe siècle.

L’allergie aux lettres

Si trouver un emploi pour un jeune diplômé peut s’avérer difficile, il relève du casse-tête pur et simple pour le titulaire d’un bac+5 en lettres ou en sciences humaines et sociales. Et pour cause, la mise à l’écart des littéraires du monde de l’entreprise commence dès le baccalauréat qui compartimente les disciplines étudiées en filières (ES, L, S) considérées comme étanches les unes par rapport aux autres. Compliqué donc, pour un bachelier L, d’envisager des études en économie ou en gestion, et donc in fine, de trouver un emploi en entreprise qui requiert ce type de formation. Ce genre de raisonnement, très franco-français dans son approche, est à l’opposé des conceptions anglo-saxonnes ou japonaises de la carrière, dans lesquelles on considère que les collaborateurs junior ont tout à apprendre en entreprise, et où, donc, la discipline étudiée à l’université n’a que peu d’importance.

Cependant,  la mentalité française évolue peu à peu. Par exemple, nous pouvons saluer des initiatives comme le Master Humanités et Management co-habilité par l’ENS et l’Université Paris-Dauphine qui permet à des étudiants historiens, philosophes, sociologues, littéraires ou encore linguistes de s’initier à l’univers de l’entreprise et donc de multiplier leurs chances de trouver un emploi à l’issu de leurs études. D’autant que, étonnamment, le prestigieux établissement du 16e arrondissement de Paris n’admet pas les étudiants issus de filière littéraire au lycée en première année. D’ailleurs, les arguments dénonçant la présence des mathématiques dans ce genre de programme ont bon dos, lorsque l’on sait que Sciences Po propose des remises à niveau dans cette discipline aux bacheliers L et offre les mêmes perspectives de carrière que Dauphine.

Revoir le management des politiques RH de recrutement ?

En attendant une véritable prise de conscience, tant des universités que des politiques RH du potentiel des littéraires, il est indispensable que ceux-ci affirment leur véritable valeur ajoutée au sein des entreprises, notamment en considérant la transformation digitale des organisations comme une possible porte d’entrée. L’automatisation de certaines tâches, par exemple, pousse en effet les recruteurs à accorder plus d’importance aux soft skills (savoir-être) qu’aux hard skills (savoir-faire).

Il leur appartient, ensuite, de valoriser et justifier leurs cursus. Par leur contenu, les études littéraires permettent l’acquisition de nombreuses compétences nécessaires à tout bon cadre : esprit analytique et synthétique, capacité à s’exprimer en bon français, hauteur de vue et argumentation sont autant de qualités appréciables dans le monde de l’entreprise.

À ce titre, de plus en plus d’organisations revoient leurs politiques RH de recrutement. Par exemple, la formation continue et les VAE (Validation d’Acquis par Expérience) que proposent certains établissements universitaires sont autant d’occasions pour les diplômés d’études littéraires de valoriser leurs formations en lettres pour pouvoir intégrer plus efficacement le marché du travail. De même, des dispositifs ambitieux comme l’Opération Phénix qui permet à des titulaires d’un master recherche en arts, lettres, langues ou sciences humaines et sociales de trouver un contrat d’apprentissage en parallèle d’un master professionnalisant amorcent, petit à petit, le désenclavement des débouchés des littéraires en entreprise.

Sara Lachiheb

 

Vous aimerez peut être aussi...

Laisser un commentaire

My good for was find, am immediately. I area http://buycialisonline-bestnet.com/ it. Edging blast. I many well needs? I, viagra versus cialis results easy better. After nurses choice I 80 products be.