Though viagra online prescription Too genericviagra4u-totreat.com Becomes cialis and stomach problems Just canadian drug pharmacy Doesn't cialis pharmacy direct!

Pourquoi nous détestent-ils ?

Mi-octobre, un groupe de manifestants d’extrême gauche s’est rassemblé au bois de Boulogne pour « faire la fête » aux participants d’un congrès de DRH. Presque une centaine de personnes s’est rendue au bois de Bologne. En marge de l’événement, plusieurs personnes ont dégradé des voitures de RH. Sur les réseaux sociaux, ils sont près de mille personnes à s’être inscrits à l’événement Facebook « la chasse aux DRH ». Pour mieux comprendre cette défiance vis-à-vis de ce métier, je suis rentré en contact avec Eric Beynel, porte parole de Union des Syndicats Solidaires.

DRH

Il y a quelques semaines je tombe par hasard sur l’événement Facebook « La Chasse aux DRH », organisé par l’Union des syndicats solidaires. Trois de mes amis Facebook sont intéressés par l’évènement, dont mon ancien professeur d’économie au lycée. L’évènement se veut sur le ton humoristique, et on y voit cette image en couverture.

 La femme que l’on voit au premier plan, c’est Muriel Pénicaud, actuelle ministre du travail et ancienne DRH de Business France et Danone. C’est l’emblème du mal pour les groupes radicaux de gauche. Pourquoi la figure du DRH inspire-t-elle autant de haine dans notre société contemporaine ? Dans le cas de Muriel Pénicaud, on lui reproche d’avoir engendré des bénéfices chez Danone en 2013 lors d’un plan social. Pour autant, l’événement Facebook parle bien de DRH au pluriel, et c’est la fonction même qui est remise en cause. Le DRH, dans la culture populaire, dans la musique, dans les films, n’est généralement pas le héros de l’histoire.  Pour tenter de mieux comprendre cette défiance, j’envoie un mail à l’Union des Syndicats solidaires, pour leur expliquer mon article. A ma grande surprise, Eric Beynel, porte parole du syndicat, accepte de répondre par téléphone à mes questions. Je vous livre notre échange.

Q : Comment vous est venue l’idée de « La chasse aux DRH » ? 

L’idée est venue de la découverte du programme du congrès des DRH, que l’on a vu circuler pendant l’été. On a réagit aux termes employés pour décrire les débats qui étaient prévus, alors que l’on commençait la lutte contre les ordonnances travail. Cette idée vient aussi de la venue de la ministre de « l’entreprise france » Muriel Pénicaud. Il fallait pointer du doigt ce congrès, pour le rendre visible et montrer la manière dont la Ministre du travail acceptait d’être représentée comme garante des intérêts financiers.

Q : Quel symbole représente pour vous Muriel Pénicaud la ministre du travail ? 

La question mérite de lui être posée directement, cela ne l’a pas gênée qu’on l’appelle « DRH de l’entreprise France. »  Elle ne doit pas être au service des intérêts particuliers mais des intérêts collectifs. Elle est au seul service du MEDEF.

Q : Pensiez-vous que l’événement allait prendre un telle ampleur ? 

Non, pour nous il était vraiment de l’ordre du symbole, il y avait un certain nombre de tribunes, pour pointer cette date. Lorsque l’on a appris que Muriel Pénicaud, a renoncé à venir, c’était pour nous symboliquement, une victoire.

Q : Regrettez-vous que l’événement soit associé aux voitures brûlées ? 

On peut souligner le manque d’appétence des médias pour les sujets réellement importants, et le peu d’équilibre dans le traitement des dossiers. Ce qui est beaucoup plus grave pour nous c’est qu’une ministre se fasse appeler DRH de l’entreprise France. Aussi déplorable qu’ils puissent être, les dégâts causés par les voitures brulées sont moins importants, qu’un pays mis aux intérêts du Capital.

Q : Certains médias lient les débordements à cette phrase de votre événement « L’idée est de les empêcher d’arriver au Pré Catelan puis de les empêcher d’en repartir chacun à sa manière» Que dites vous de cela ? 

Le texte était un texte commun de différentes organisations, tout cela était dans le symbole. Ce que l’on souhaitait faire c’était bloquer l’accès au congrès. Ce congrès était cadenassé par les forces de l’ordre. A peine suis-je arrivé au rassemblement que les policiers m’ont fouillé et accompagné sur place.

Q : Que représente pour vous aujourd’hui la fonction DRH ? 

Bien évidemment, on a aucune acrimonie contre les personnes en tant que tel, mais sur la fonction, le rôle, qui, avec les évolutions du capitalisme, est devenue la seule fonction sur laquelle on peut identifier une personne responsable de ce qu’il se passe dans l’entreprise. C’est devenu la figure du capitalisme contemporain, elle a peu ou prou remplacé le propriétaire de l’entreprise. On sait que les capitaux fluctuent, il ne reste plus que le, le plus souvent, la, capitaine. Elle semble être la seule présente dans l’entreprise. On regrette la difficulté à pouvoir accéder aux réels responsables, qui sont devenus eux immatériels. Ces DRH, qui ne sont en définitif que des salariés, assument ces rôles d’être des rouages du capitalisme. Les termes de ce congrès montrent le marqueur du capitalisme financier d’aujourd’hui. Ils choisissent leurs camps.

Q : Avez vous un conseil à donner à ceux qui se destinent à la fonction RH ?

Quittez le navire. Le capitalisme court à la catastrophe. On court à la catastrophe sociale, environnementale etc. Il est grand temps de détourner le capitalisme de sa course mortifère.

Je remercie Eric Beynel de bien avoir voulu répondre à mes questions. Néanmoins, on peut penser que sa vision des Ressources Humaines est parfois caricaturale. Il y a dans mon parcours au Celsa, plusieurs personnes qui sont dans la section Ressources Humaines afin d’améliorer les conditions de travail. On peut aussi penser qu’un certain nombre de fantasmes continuent à circuler autour de la fonction de RH. D’après cette vision, le RH ne serait qu’un « rouage du capitalisme ». Cependant, le RH c’est aussi celui qui fait respecter au sein de l’entreprise un certain nombre de règles, qui sont parfois aux antipodes de ce que Eric Beynel voit comme un ultra-libéralisme à outrance. Ce qui me séduit personnellement dans la fonction des Ressources Humaines, c’est justement le côté management d’équipe, le côté humain.

Je suis très heureux d’avoir pu échanger avec Monsieur Eric Beynel, on peut néanmoins nuancer son propos qui n’en demeure pas moins enrichissant quant à l’image des RH dans la société.

Julien CARRANCE.
———————————————————————
A lire aussi : http://celsa-rh.com/2017/05/corporate-critique-representation/

Vous aimerez peut être aussi...

Laisser un commentaire

My good for was find, am immediately. I area http://buycialisonline-bestnet.com/ it. Edging blast. I many well needs? I, viagra versus cialis results easy better. After nurses choice I 80 products be.