Though viagra online prescription Too genericviagra4u-totreat.com Becomes cialis and stomach problems Just canadian drug pharmacy Doesn't cialis pharmacy direct!

L’intégration un rite de passage… de la vie étudiante à la vie d’entreprise !

Au mois de septembre les articles et reportages médiatiques concernant la rentrée scolaire nous inondent. Et vient toujours le moment du fameux sujet sur les soirées d’intégration étudiantes avec les récurrentes dénonciations du bizutage ! Même s’il est vrai que nombres des clichés sur les soirées d’intégration étudiantes sont vrais (on y boit (beaucoup), on y danse (parfois), on n’y dort (vraiment) pas beaucoup), il ne faut pas non plus diaboliser ce rite de passage, essentiel pour certains lors de leur entrée dans leur nouvelle formation.

Si cette tradition se maintient dans les Universités et Grandes Écoles françaises, elle est aussi très répandue en entreprise. Si le processus peut paraître moins festif que dans certaines écoles (quoique?) il tend à se développer et peut prendre diverses formes en fonction des moyens développés par l’entreprise. Ce sont généralement les ressources humaines en association avec le département de la communication interne qui s’en chargent.

Une démarche stratégique

Perçue comme potentiellement récréative ou seulement formelle, la période d’intégration demeure stratégique. Tout bon recrutement, contrairement à ce que certains pourraient penser, ne se conclu pas lors de la signature du contrat de travail mais bien durant le processus d’intégration. En effet, les premiers jours d’intégration donnent le « ton » de la collaboration ! Le nouveau collaborateur doit comprendre dans quel environnement il va s’insérer. Et le faux pas est interdit. Aujourd’hui un salarié sur deux a déjà songé à quitter son entreprise lors de la période d’essai que ce soit pour des raisons d’incompréhension stratégique, de mauvaise description de poste ou de désaccord sur le package salarial. Afin de limiter cette fuite, qui risque de nuire à l’image de l’entreprise, la direction a tout intérêt à développer une démarche d’intégration.

Une démarche d’intégration « en triangle » aux outils infinis

Le processus d’intégration ne fonctionne que si les trois parties à savoir le nouveau collaborateur, le manager et le service des ressources humaines jouent le jeu.

Ainsi, dans un premier temps, les ressources humaines doivent préparer l’environnement de travail du collaborateur afin qu’il puisse arriver dans un espace convivial et apaisant lors de son premier jour. Cette partie logistique réalisée, il est ensuite nécessaire de sensibiliser le reste de l’équipe et notamment le manager en lui donnant quelques conseils. Un entretien en tête à tête, une visite des locaux, une invitation à déjeuner avec le reste de l’équipe le midi sont autant de « détails » qui ne faut pas négliger. Ils sont cruciaux si l’on souhaite conserver ses nouvelles recrues. Le premier contact avec le manager reste essentiel. En effet, responsable, ce dernier joue un rôle de « tuteur » pour le collaborateur. Il doit expliquer au nouvel arrivant son rôle dans l’entreprise. Il faut à la fois expliquer au nouveau collaborateur les aspects techniques et, au sein d’échanges plus ou moins formels, lui transmettre les dimensions sociales et culturelles de l’entreprise afin de le rendre rapidement opérationnel, autonome et confiant.

Parce que le manager ne peut pas tout, le service des ressources humaines développe de nombreux outils afin d’aiguiller le nouveau collaborateur lors de son arrivée. Elle peut lui transmettre certains documents tels qu’un livret d’accueil lui présentant l’entreprise, son poste, sa place… ou bien le plan stratégique de l’entreprise. Fournir de la documentation sur l’entreprise doit permettre au nouveau collaborateur de prendre conscience de l’environnement dans lequel il entre afin d’éviter toutes mauvaises surprises. Selon ses moyens et sa stratégie, l’entreprise peut également organiser des événements d’intégration. Que ce soit sur des matinées, journées ou bien weekends entier, certaines entreprises prennent le temps de détailler et diffuser la culture du groupe à travers des interventions, des jeux ou des visites groupées. Ainsi, le célèbre groupe Michelin, commence l’intégration dès l’entretien de recrutement. Il invite le candidat a réaliser son entretien de recrutement au sein des bureaux de Clermont-Ferrand et passe par les étapes de la chaîne de production afin de comprendre le métier phare de l’entreprise. La jeune mais grandissante start-up Blablacar est quant à elle réputée pour son ambiance fun et l’agréable intégration qu’elle propose.

De nouvelles mentalités rendant l’intégration indispensable

Malgré l’importance de l’acculturation, très peu d’entreprises ont réellement établi un processus d’intégration. Selon un étude du cabinet de recrutement Mercuri Urval ces réticences seraient liées à la culture d’entreprise pour 29 %, à la taille de la structure pour 24 % et au manque de temps pour 23 %. L’apparition des générations Y et Z sur le marché aux mentalités radicalement différentes de ceux de leurs aînés poussent les entreprises à s’interroger. En effet, face aux jeunes salariés qui ne craignent pas la mobilité, les pratiques traditionnelles de fidélisation doivent évoluer afin de pouvoir fidéliser cette nouvelle génération de travailleurs. 

Ce changement de mentalités poussent les entreprises à innover et à ne pas prendre le processus d’intégration à la légère. Il est également important qu’elles comprennent que ce processus s’effectue sur le long terme et peut prendre plusieurs mois. On ne doit pas vendre de la « poudre de perlimpinpin » aux yeux du salarié lors des premières semaines. Il est important d’être honnête et sincère avec lui sur la totalité de son intégration afin qu’il adhère aux valeurs de l’entreprise et puisse rester.

Les entreprises sont encore pour la plupart novices en terme de processus d’intégration. Elles peuvent parfois se tromper d’outils. Et l’erreur si on en a conscience peut s’avérer utile ! Informé de la déception ou des remarques internes, le service des ressources humaines doit écouter les critiques afin de pouvoir, par la suite, répondre au mieux aux attentes des nouveaux collaborateurs. Pour cela, la période d’intégration calculée sur plusieurs mois pourrait se conclure par l’envoi de questionnaire de satisfaction. A méditer !

Romane Loiseau

Vous aimerez peut être aussi...

Laisser un commentaire

My good for was find, am immediately. I area http://buycialisonline-bestnet.com/ it. Edging blast. I many well needs? I, viagra versus cialis results easy better. After nurses choice I 80 products be.