Though viagra online prescription Too genericviagra4u-totreat.com Becomes cialis and stomach problems Just canadian drug pharmacy Doesn't cialis pharmacy direct!

Chief Freelance Officer, pour les orchestrer tous

Le CFO dont je vais vous parler n’est pas le fameux Chief Financial Officer. C’est une innovation managériale ! Le chief freelance officer est présenté comme le prochain poste incontournable. Face à l’expansion du nombre de travailleurs en freelance, les RH doivent s’adapter. Les travailleurs indépendants appellent de nouvelles méthodes de management et un accompagnement de ce changement. Quels sont les enjeux d’un management dirigé vers les travailleurs en freelance ?

tumblr_o0ndgk8JFq1qzx36ho1_500

Évolution du nombre de travailleurs indépendants entre 2003 et 2013 (85% contre 1% pour les salariés)

La tendance du travail indépendant

Aux États-Unis, les freelance représentent 34% de la force de travail. En France, sur 28 millions d’actifs, ils sont plus de 2,3 millions. Si le pourcentage est certes moindre qu’outre-Atlantique, la tendance s’accélère là-bas comme ici. On parle de la fin de l’hégémonie du contrat de travailleur : demain, la norme ne serait plus le CDI, mais le travail indépendant. L’expansion du nombre de travailleurs indépendants serait notamment la conséquence du désir d’une génération qui arrive sur le marché du travail de ne plus travailler dans ce qui ne lui plaît pas, et qui accorderait à la liberté plus de prix qu’à la sécurité de l’emploi. Un nouveau défi pour les RH ! À l’heure où l’on s’interroge sur la nécessité de créer un troisième statut de travailleurs, c’est plutôt le poste de Chief Freelance Officer qu’il faudrait pour organiser cette mouvance et en tirer le maximum et le plus bénéfique. Développez ce poste en parallèle à un business model qui intègre la tendance du freelance, et vous propulserez la vie de votre entreprise !

Un besoin pour la survie de votre entreprise

Les entreprises sont sollicitées par ces changements, et doivent les suivre pour survivre en adaptant bien leurs politiques vis-à-vis des travailleurs. Les RH jouent aussi leur rôle dans l’accompagnement de ce changement. Les freelance ne sont pas des collaborateurs, soit ! Gare aux entreprises qui s’aviseraient néanmoins de ne pas les traiter comme des partenaires de la plus haute importance – ils ne méritent pas moins d’attention que les travailleurs sous CDI ou CDD ! On ne le répétera en effet jamais assez, mais vos premiers clients, ce sont ceux avec qui vous travaillez. Il ne vous viendrait pas à l’esprit de manquer d’égards pour vos fournisseurs, parce que cela dégraderait votre image et vos conditions de travail. Alors pourquoi manqueriez-vous d’égards pour les freelance ? On ne peut pas demander aux RH d’exporter leur politique salariale aux freelance comme s’il n’y avait pas de différence entre un salarié et un freelance. En témoigne d’abord le fait que ce n’est pas le même type de contrat qui lie le salarié ou le freelance à l’entreprise ! C’est là qu’intervient la fonction intermédiaire de Chief Freelance Officer.

Avec les freelance, l’enjeu est, plus directement qu’avec les salariés, celui d’une bonne communication externe ! Le Chief Freelance Officer occupe un rôle central dans cette stratégie. Si l’expérience client est cruciale pour la santé des comptes, l’expérience collaborateur ne l’est pas moins – et le freelance est un funambule à la frontière de ces deux expériences. On voit bien avec Uber à quel point c’est important. Le Monde rapportait encore le 16 janvier les querelles qui opposent la plate-forme et les chauffeurs VTC qui l’utilisent. Les querelles sont si vives que, face à la concurrence d’Uber (Heetch, Allocab, eCab, Snapcar – et la liste n’est pas exhaustive !), le risque d’un mauvais management des travailleurs indépendants est de dégrader la marque employeur à un point tel que les clients des chauffeurs se dirigent vers la concurrence. Ce ne seront alors pas seulement les freelance qui perdront de l’argent, mais aussi l’entreprise qui a recours à leurs services.

AAEAAQAAAAAAAAkVAAAAJGRmMDZhYmRmLTUzODQtNDYxZC1iYzkyLTk4MThkYjlkYzFiZg

Qui sont les indépendants ? Tiré d’un article de Bertrand Moine

Du marché du travail au marché des travailleurs

On pourrait réduire ce problème à un problème contractuel qui oppose les chauffeurs de VTC à Uber sur une question de marges, mais c’est aussi le problème de la vacance du management. Ils n’ont pas de référent. Si les travailleurs indépendants étaient encadrés par des managers aux missions orientées spécifiquement vers les problématiques de gestion du travail freelance, la situation changerait peut-être ! Les entreprises ne sont plus soumises qu’à la demande des clients, mais aussi à la demande de ceux qui veulent travailler pour elles, et celles organisées sur le travail freelance plus que toutes les autres ! On passe d’un marché du travail où les gens ont du mal à trouver l’emploi qui leur convient -et certains se tournent vers des activités freelance pour arrondir en effet leurs fins de mois… à un marché des travailleurs, où les entreprises aussi ont besoin de trouver des travailleurs, et peuvent avoir du mal ! C’est déjà le cas dans le secteur digital et IT !

Le Chief Freelance Officer, entre commerce et marketing RH

C’est ce que propose finalement la CFO. Hybride, entre le commercial qui gère les contrats freelance et le communicant, c’est sa mission d’éviter les bad buzz. À vous les merveilles du marketing RH ! Quand le nombre de travailleurs indépendants augmente, et que certains business model se construisent même sur cette tendance qui se confirme, bien structurer son rapport avec les freelance relève de la nécessité économique. Sans freelance qui veuille travailler pour vous, votre pouvez inventer tous les services révolutionnaires que vous voulez, les feux d’artifice dont vous rêvez seront réduits en pétards mouillés… Avec un CFO, vous vous assurez une bonne gestion de cette masse de travailleurs. Les développeurs ont envie de travailler chez Google parce que c’est aussi un environnement cool, à l’américaine – ils commencent à manifester leur mécontentement de travailler chez Uber parce que c’en serait l’antithèse. Ce n’est pas le freelance qui est mal, c’est son mauvais accompagnement. Évidemment, aucun modèle ne peut prétendre se destiner à toutes les entreprises, et toutes les structures ne sont pas adaptées à ce mode d’organisation. Pour celles qui le sont en revanche, passé ce diagnostic, il n’y a plus à douter de la nécessité de la mise en oeuvre d’une structuration du freelance organisée autour du Chief Freelance Officer !

Alors, vous signez ?

Guillaume Lefèvre

Vous aimerez peut être aussi...

Laisser un commentaire

My good for was find, am immediately. I area http://buycialisonline-bestnet.com/ it. Edging blast. I many well needs? I, viagra versus cialis results easy better. After nurses choice I 80 products be.