Though viagra online prescription Too genericviagra4u-totreat.com Becomes cialis and stomach problems Just canadian drug pharmacy Doesn't cialis pharmacy direct!

Le CELSA et ses associations, une école de la vie professionnelle ?

Généralement, les étudiants désirent entrer au CELSA pour la qualité de sa formation, et ils ont raison ! Si l’école est un excellent cursus universitaire, elle est également connue pour participer à l’entrée dans le monde professionnel. Après, sur le papier, c’est surtout à partir du Master, et la première année (L3) se veut très théorique. Mais la L3, c’est aussi et surtout les associations ! Et ce n’est pas Léa Seydoux qui dira le contraire.

Les dates du concours écrit approchent, laissez-moi vous expliquer que oui, cette première année est également formatrice pour la vie professionnelle.

La L3, une vie associative enrichissante et variée

          Le moins que l’on puisse dire, c’est que le CELSA propose une vie associative hors-norme à ses étudiants. Notamment compte tenu du fait que chaque association est reprise intégralement (à l’exception de l’Entracte, notre troupe de théâtre) par les étudiants entrant en première année. Chaque élève dispose donc d’un nombre pléthorique d’associations où il peut exercer ses dons, ou en découvrir de nouveaux : vous avez toujours rêvé de faire de belles affiches sur Photoshop mais vous pensez avoir le talent d’une loutre ? Pas de souci, on vous prend comme vous êtes !

Rien ni personne petite loutre, mais le Comic Sans MS ce sera pas possible...

Rien ni personne petite loutre, mais le Comic Sans MS ce sera pas possible…

Deux associations ultra professionnalisantes : Junior Communication et Enactus

          Il existe des associations un peu moins légères, mais qui participent vraiment à développer ses compétences. Pour commencer, j’évoquerai Junior Communication car j’ai pris place au sein de cette aventure. Junior Communication, c’est la Junior Entreprise du CELSA. C’est un grand mouvement qui a 50 ans, et notre école en fait partie depuis 30 ans.

Mais je n’en parlerai pas plus longtemps car Juliette Tardivo et Charlène Lamy en ont déjà parlé. Elles occupaient le poste de trésorière, et je continue la tradition en étant vice-trésorière. L’avantage, c’est qu’aucune compétence n’est demandée initialement, mais c’est un gain énorme pour qui s’investit. En quelques mois, j’ai, entre autres, appris à faire de la comptabilité, à réaliser et suivre un budget, à faire des déclarations sociales et fiscales. Que de choses inespérées en étant diplômée en lettres modernes appliquées (non, nous n’avons pas – tous – peur des chiffres).

Le mouvement permet également de devenir auditeur conseil au sein de la Confédération Nationale des Junior Entreprises (CNJE). C’est un véritable avantage dans un CV, notamment si on veut travailler dans les métiers du conseil, une formation que le CELSA propose en M2.

Junior Communication logo transp

         Notre deuxième grande association qui se la joue pro, c’est Enactus. Brièvement, c’est un mouvement d’entreprenariat solidaire qui soutient divers projets. Mais elles vous en parleront mieux que moi !

          Pour l’occasion, j’ai demandé à Marie, secrétaire générale et Jeanne, chef de projet de nous parler un petit peu de ce qu’elles font à Enactus, pourquoi elle ont choisi d’y entrer, ce qu’elles apprécient.

          Marie :

Enactus est une association (loi 1901) qui cherche à promouvoir l’Économie Sociale et Solidaire. L’ESS veut concilier activité économique et équité sociale. Enactus est d’abord une organisation internationale qui se décline ensuite dans différents pays puis dans les écoles. Par exemple je suis membre d’Enactus CELSA qui se trouve au sein d’Enactus France qui est intégré dans Enactus Worldwide.

Personnellement je me suis lancée dans l’aventure Enactus parce que les projets EnactusCELSA en cours sont vraiment très inspirants. J’aime le concept win-win qui permet d’avoir une économie viable tout en apportant quelque chose à la société. Avec Enactus on se forme aussi bien à l’entreprise et à l’entreprenariat qu’à être citoyen et à se rapporter à l’autre.

De mon côté je suis la secrétaire générale de l’équipe. C’est un poste très intéressant puisqu’il est transversal et qu’il me permet d’avoir une vue d’ensemble sur nos trois projets. Par rapport à ma L3 Organisation et Management, Enactus apporte beaucoup à ma formation puisque j’ai pu mettre en place avec mon équipe des choses dont on nous a parlé en cours de Ressources Humaines. Par exemple des entretiens personnalisés avec chaque membre pour s’assurer que tout se passe bien et qu’il ou elle est satisfait(e) de l’association et du travail que fait son équipe. Je pense aussi à l’organisation d’un Week-End team building en début d’année pour créer du lien. Récemment on a voulu motiver un peu notre team spirit en commandant des T-shirts personnalisés EnactusCELSA.

Et puis, Enactus France offre ensuite toute une série d’événements formateurs avec des ateliers organisés et des professionnels qui viennent conseiller les projets. Notre groupe du Celsa est directement encadré par une coordinatrice de projet qui dépend d’Enactus France. Notre coordinatrice est présente à la moindre difficulté. C’est très motivant d’être soutenu et poussé en avant par l’échelon du dessus. Maintenant il s’agit pour notre équipe de se concentrer sur la compétition nationale qui va opposer toutes les équipes Enactus de France !

Jeanne :

Pourquoi Enactus ? Lors de la présentation des assos, celle-ci m’a un peu sauté aux yeux. Pouvoir s’engager plus sérieusement dans un projet m’intéressait. Je suis déjà bénévole dans des associations humanitaires mais je voulais tenter ce côté « aide », « soutien à ceux qui en ont besoin » du côté de l’entreprenariat, ce qui est totalement différent. On se sent plus responsable et c’est un challenge bien plus conséquent.

Enactus, c’était non seulement l’opportunité de s’impliquer dans un projet que l’on tente de mener jusqu’au bout mais aussi l’occasion de participer à des séminaires que je considère de très très bonne qualité. Le séminaire Eclosion (début d’année) a été pour moi très important, très formateur, et m’a beaucoup fait évoluer et changer d’avis sur le monde de l’entreprise qu’avant je méprisais bien plus. Les séminaires sont constitués d’interventions de professionnels et de dialogues avec les professionnels de l’ESS… et en général ce sont des gens qui ont réussi et qui se lèvent le matin en se disant qu’ils font quelque chose d’utile, de beau et de bon.

L’autre point d’Enactus c’est le côté « social et solidaire », la différence avec Jcom. Ça aussi, ça m’a ouvert des portes impressionnantes, j’ai pu participer à deux événements de ce « monde » (parce que c’est vraiment un microcosme très diversifié mais très vivant) et je n’ai jamais eu accès à autant d’informations en si peu de temps. Rencontrer des gens qui ont envie de changer des choses, c’est juste génial.

Point négatif : c’est souvent mal organisé, il faut le dire, on est loin d’une organisation parfaite, capitaliste peut-être, où tout est chronométré, millimétré et strict. Souvent, on ne veut pas brusquer les gens, et c’est peut-être dommage de mon point de vue, car même s’il faut pouvoir s’épanouir au travail, je pense que le travail, c’est pas une blague mais quelque chose de sérieux. Je pense qu’Enactus ne soutient pas suffisamment les projets des étudiants et ne permet pas leur réalisation. Notamment parce qu’ils nous laissent dans des idées utopistes, irréelles, irréalisables.

D’où mon projet, Bisibus : l’objectif est de lutter contre le décrochage scolaire au Rwanda en permettant la mise en place d’un réseau de ramassage scolaire. Les enfants font souvent plus d’une heure de marche et dès le secondaire, ils ont mieux à faire que de perdre leur temps sur les routes rwandaises. Ces bus seront conduits par de jeunes chômeurs motivés à qui nous aimerions offrir des formations au permis D. Nous sommes soutenus par l’ONG Humura au Rwanda et nous partirons cet été pour concrétiser le projet. Ce projet à l’air très utopiste mais des données très factuelles se cachent derrière et il répond à un réel besoin.

En bref, Enactus m’a apporté beaucoup de notions concernant la gestion d’équipe, et pour les RH c’est génialissime. C’est aussi beaucoup d’idées pour la vie. Même si les cours ne sont pas très concrets, j’ai l’impression d’avoir pu appliquer des théories de management dans la réalité.

Enactus

Et à part ça, qu’est-ce qu’on peut faire au CELSA ?

          Concrètement, vous n’avez aucune limite (dans le cadre de la loi, quand même). Parmi les associations qui vous sont proposées, nous avons :

Des plus sérieuses, comme Fast’N’Curious, le blog qui analyse l’actualité à travers un prisme communicationnel, et donc Junior Communication et Enactus dont on vient de parler.

Des culturelles :

  • Kulturiste, notre blog culturel (qui traite de littérature, peinture, théâtre, jeu vidéo et cultures alternative et culinaire et pour lequel j’ai écrit un article ici).
  • Le Gorille, le blog musical (avez-vous la référence ?)
  • Cinépsis, le blog qui traite du grand comme du petit écran
  • La Commode, nos Cristina Cordula qui discutent style et mode

Des artistiques :

Des caritatives, comme Celsa Huma qui récolte des dons pour les Enfants d’Ankasina.

Et bien plus encore, comme :

  • Sail’sa, l’association de voile qui représente l’école à la Course Croisière EDHEC
  • Com’ des Chefs, les gentils étudiants qui nous régalent lors des événements, comme certains midis
  • Hors les murs, l’association mystérieuse qui prépare un projet de bout en bout chaque année

Comme vous pouvez le voir, nous sommes diversifiés et ouverts à la vie professionnelle. Alors recruteurs, qu’attendez-vous pour nous proposer un stage ? Étudiants, nous vous attendons, les concours sont à vous !

Lise Karkar

Vous aimerez peut être aussi...

Laisser un commentaire

My good for was find, am immediately. I area http://buycialisonline-bestnet.com/ it. Edging blast. I many well needs? I, viagra versus cialis results easy better. After nurses choice I 80 products be.