Though viagra online prescription Too genericviagra4u-totreat.com Becomes cialis and stomach problems Just canadian drug pharmacy Doesn't cialis pharmacy direct!

Votre travail est-il vraiment en accord avec vos valeurs ?

On entend actuellement beaucoup parler de burn-out voire de bore-out, mais savez-vous ce qu’est le brown-out ?

Le-brown-out-la-nouvelle-pathologie-des-salaries_width620

On pourrait résumer en disant que le burn-out c’est quand il y a trop de travail, le bore-out, lorsqu’il n’y en a pas assez, et maintenant le brown-out, lorsque notre travail nous semble aberrant ou immoral.

Le terme est apparu après la publication de l‘ouvrage The stupidity paradox de Mats Alvesson et André Spicer, en juin 2016. Le brown-out se caractériserait par une perte de sens face aux tâches à accomplir, une perte d’énergie générée par l’absurdité des missions, qui seraient souvent en contradiction avec nos principes.

David Graeber, un anthropologue et intellectuel américain prend une position plus radicale et qualifie ce type de métier de « bullshit job » ou « job à la con ». Il s’interroge ainsi via une formule qui souligne le paradoxe de ces métiers : « Comment travailler dignement si vous pensez que votre boulot ne devrait pas exister ? ».

Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, les métiers touchés par le brown-out sont divers. Les tâches apparaissent souvent comme dénuées de sens et amènent les personnes à un désinvestissement progressif. Cela peut toucher, par exemple, un ingénieur ayant pour mission de créer des objets avec une obsolescence programmée, ou encore un cuisinier qui ne supporterait plus d’offrir des légumes industriels à ses clients en sachant qu’il pourrait offrir des légumes frais, etc.

Néanmoins, le brown-out semble toucher davantage les managers et les personnes qui ont de grandes responsabilités. C’est le constat fait par Laurence Messerli, une psychologue suisse spécialisée dans le burn-out et le bore-out. D’après elle, les personnes qui recherchent du sens dans leur vie professionnelle représenteraient environ 30% des ses consultations, un chiffre qui tend à augmenter.

Comment procéder lorsque les contraintes vous poussent à faire un plan de licenciement alors que vous êtes conscient que certains des salariés concernés constituent, par exemple, des familles monoparentales ? Un malaise peut alors se faire ressentir et vous amener à vous demander quel est le sens de votre travail. Comment procéder alors ? Agir froidement ? Fermer les yeux ? Relativiser ? Changer de poste ?

Tout d’abord, il faudrait mesurer à quel point ce genre de situations affecte notre quotidien et notre bien-être au travail et si cela a des influences sur notre vie personnelle. Il faut de plus se demander si cela entraîne une perte de volonté d’aller travailler et si un sentiment d’injustice voire de la dépression se font ressentir.

Changer de poste ou d’entreprise peut être une solution. Demander d’être placé dans un autre secteur ou demander le transfert de certaines responsabilités peut être envisageable. Mais, si les tâches affectent vraiment notre psychologie, nous sentirions-nous vraiment plus soulagés tout en sachant que, de tout façon, une autre personne va reprendre nos missions ? Une autre contrainte peut alors se mettre en place : le salaire. Sommes-nous prêts à descendre un ou deux échelons et à sacrifier un salaire plus élevé ?

trabalho-escravo

Est-ce que le fait de consulter un professionnel de la psychologie au travail qui puisse nous aider à ne pas intérioriser les malheurs d’autrui serait une solution ?

Réussir à faire abstraction dépend beaucoup de la personnalité et de la personne qui subit le brown-out. Certaines arrivent à relativiser mieux que d’autres. Mais on pourrait tout de même faire face à ce problème en relativisant de la manière suivante : si c’est pour accomplir une mission « douteuse », qui a des conséquences négatives pour d’autres personnes ou pour l’environnement, autant que soit une personne sensibilisée à ce genre de cause qui accomplisse ces missions. Ainsi, les conséquences négatives pourraient être minimisées.

Le brown-out n’est pas encore aussi connu que ses prédécesseurs, du moins non pas sous ce nom. Mais vous connaissez peut-être quelqu’un qui est en train de vivre une telle situation. Quelles solutions proposeriez-vous ?

Natalia Gimenes de Araujo

Vous aimerez peut être aussi...

1 Réponse

  1. Le questionnement évoqué dans cet article est d’une importance cruciale et doit aussi être analysé dans le temps. Il est en effet pas rare que les choses aillent de mal en pis. Une situation peut être inconfortable à un instant T puis devenir rapidement insupportable passé un temps.
    Il est, à mon sens important de d’avoir ses propres indicateurs internes et de faire régulièrement le point sur ses motivations son niveau d’investissement et le plaisir que l’on prend au travail… dans le but de réagir au plus vite.

Laisser un commentaire

My good for was find, am immediately. I area http://buycialisonline-bestnet.com/ it. Edging blast. I many well needs? I, viagra versus cialis results easy better. After nurses choice I 80 products be.