Though viagra online prescription Too genericviagra4u-totreat.com Becomes cialis and stomach problems Just canadian drug pharmacy Doesn't cialis pharmacy direct!

Bob, le nouveau super-héros du recrutement?

Qui est Bob ? Voilà un prénom court, rapide à prononcer. Un nom qui fait l’effet d’une bulle, élément naturel, dynamique… simple. Lancée au début du mois de novembre 2016, la plateforme intuitive Bob-Emploi destinée aux chômeurs inscrits ou non à Pôle Emploi joue le rôle d’un coach personnalisé qui accompagne les demandeurs d’emploi. Quelles sont les conséquences pour le monde RH ?

Un personnage imaginaire aux connaissances immenses

Si le nom de la plateforme amène à penser qu’il s’agit de quelque chose sans prétention, il n’en est pas de même de son créateur : Paul Duhan, dit « petit génie de l’informatique » par de nombreux médias, a pour ambition de faire baisser le chômage de 10% en France en un an. Sur les conseils de Myriam El Khomri, la ministre du travail, Pôle Emploi a passé un partenariat avec Bob Emploi pour leur ouvrir les données de chaque chômeur.

Paul Duhan pense que le big data est à mettre au service du bien commun. Il ne se limiterait plus à la sphère financière de l’entreprise, mais s’utiliserait aussi dans le management. Les algorithmes permettent de déterminer les meilleures solutions pour chaque profil grâce à des questions personnelles qui aiguillent la recherche le plus précisément possible.

Par exemple, en m’inscrivant à Bob Emploi comme étudiante en Master pour postuler en tant que responsable de communication en entreprise, on me demande mon âge, mon adresse, mes compétences (permis, compétences informatiques, langues parlées). On m’interroge ensuite sur mes frustrations par rapport à la recherche d’emplois. Enfin, le logiciel me demande quelles concessions je serais prête à faire pour trouver un emploi plus facilement : déménager ? Me former ? Accepter un salaire moins élevé ?

Bob Emploi procure des informations sur le métier auquel on postule

Bob Emploi procure des informations sur le métier auquel on postule

La plateforme me donne alors plusieurs exemples d’objectifs quotidiens en fonction du nombre d’actions que je souhaite recevoir par jour. Les plans d’actions sont des défis à réaliser quotidiennement : mieux rédiger son CV, apprendre à utiliser son réseau, découvrir des entreprises susceptibles de m’intéresser. Il m’invite même à consulter des fiches d’autres métiers similaires à ceux de la communication.

Bob Emploi propose des fiches de métiers similaires à celui auquel on postule

Bob Emploi propose des fiches de métiers similaires à celui auquel on postule

 

Pas de doute, Bob est un coach bienveillant avec de bons conseils. Mais un coach numérique, irréel, virtuel. Quelles sont les conséquences pour les professionnels de l’emploi ?

Quand le héros doit choisir qui il sauve…

Paul Duhan assure que « l’objectif de Bob Emploi n’est pas de remplacer l’accompagnement humain, mais d’en décupler sa puissance de façon complémentaire ». Ordinateurs et humains travailleraient donc main dans la main.

Est-ce une situation utopiste ? On voit apparaitre aujourd’hui de plus en plus de start-ups dédiées au recrutement par le digital. Monkey Tie, Clustree, AssessFirst pour ne citer qu’elles… Stéphanie Benz, journaliste à l’Express titre son article du 23 octobre 2016 du « Tiens, un algorithme a remplacé le DRH ».  L’avenir du management appartient-il aux ingénieurs et informaticiens et non plus de personnes ayant étudié les sciences humaines ?

Selon une étude du Global McKinsey Institute, d’ici 2025, l’automatisation dans le management augmentera la productivité de 30 à 40%. Mais ceci pose un certain nombre de problèmes : les effectifs des équipes de recrutement diminueront nécessairement, notamment ceux des chasseurs de tête. Surtout, dans quelles mesures peut-on confier la tâche de sélection des candidats à un algorithme qui se base sur des questions personnelles aussi pertinentes soient-elles ?

Certes, les algorithmes rendent la recherche d’emploi beaucoup plus efficace et rapide mais in fine, c’est le manager ou le DRH qui a le dernier mot sur le recrutement d’un candidat. Il reste celui qui effectue les entretiens d’embauche. Les métiers du sourcing sont peut-être menacés par ces start-ups mais ceux qui touchent à l’administration du personnel, la formation, les affaires sociales et la communication interne restent d’actualité.

L’humain garde sa capacité créatrice, empathique et négociatrice, qualités fondamentales au métier des ressources humaines.  Il n’analysera sûrement plus les CV tout seul, mais il recrutera toujours. Mais êtes-vous à l’aise à l’idée de confier vos perspectives de carrière à un algorithme ?

Oriane Alexandre

Vous aimerez peut être aussi...

Laisser un commentaire

My good for was find, am immediately. I area http://buycialisonline-bestnet.com/ it. Edging blast. I many well needs? I, viagra versus cialis results easy better. After nurses choice I 80 products be.