Though viagra online prescription Too genericviagra4u-totreat.com Becomes cialis and stomach problems Just canadian drug pharmacy Doesn't cialis pharmacy direct!

Une semaine (et bien plus encore !) pour booster la question du handicap

Du 14 au 20 novembre 2016 se tenait la 20ème Semaine Européenne pour l’Emploi des Personnes Handicapées (SEEPH). Nous sommes à l’heure où l’employabilité des personnes handicapées est encadrée par la loi, mais dans les faits ces employés sont souvent plus enclins à la précarité que les travailleurs valides. À la lumière de cet événement, quelles solutions peut-on proposer pour améliorer cette situation ?

Et si la SEEPH était une semaine pour l’innovation ?

La SEEPH permet avant tout de mettre en valeur des projets qui ont pour but d’améliorer la vie et surtout l’employabilité des personnes en situation de handicap. À cette occasion, LADAPT, l’association à l’initiative de cette semaine annuelle, a créé les « hackathons ». Késako ? C’est la contraction de « hack », dans l’idée de bidouiller, et « athon » comme « marathon ». C’est un événement qui dure souvent 48 heures et qui permet de réunir plusieurs personnes ayant des parcours de vie variés. Durant ces 48H ils travaillent ensemble afin de répondre à un besoin et d’apporter une innovation dans un domaine particulier.

Dans le cadre de cette semaine, le hashtag #FairEvoluer est donc né ! Bienvenue dans ce monde, tu vas apporter de belles choses ici. C’est une part intégrante de l’Open Innovation (c’est-à-dire l’innovation pour tous, par chacun) de cette semaine. C’est la preuve également que la SEEPH ne se veut pas renfermée sur elle-même et sur les problématiques qu’elle souhaite diffuser, mais se veut ouverte à tous. Cette semaine s’ouvre sur la présentation de ces petits projets, et également sur la remise de trois prix #FairEvoluer 2016 pour les trois hackathons qui auront été jugés les meilleurs.

Le principal défi de ces hackathons était de mettre l’innovation numérique au service de l’innovation sociale. Le premier prix #FairEvoluer 2016 est revenu au projet « Access Panel », dont l’idée est de créer une plateforme qui permettrait aux personnes en situation de handicap de participer à la création et à l’innovation de produits et de services, et donc de les rendre davantage accessibles à tous, en somme. Et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. Cette initiative permet de mettre en lumière la volonté d’innovation tant des associations, que de la population, concernée ou non par le handicap, de près comme de loin. Cette semaine permet de prendre conscience que le handicap n’est pas un tabou, mais plutôt un défi à relever pour chacun, dans la vie comme en entreprise.

Parler, rire, démocratiser, trois clefs pour éradiquer tabou et inégalité ?

Ce sont donc tous les professionnels qu’il faudrait sensibiliser afin que la diversité en entreprise ne soit plus une chimère. Et pour la démocratisation, le meilleur outil semble encore être Youtube. Contrairement à Instagram, ce n’est pas connoté « trop jeune », et contrairement à MySpace, ce n’est pas encore une vague blague que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître… Pour ces raisons, Youtube est d’autant plus efficace pour parler de diversité, pour prendre le contre-pied des idées reçues, pour nous rendre plus conscient que nous n’avons pas la même perception du monde que notre voisin.

Puisque nous en parlons, il existe des webséries postées sur Youtube qui évoquent les problématiques rencontrées par les personnes en situation de handicap dans le milieu de l’entreprise. On peut par exemple parler d’une websérie sur la chaîne J’en crois pas mes yeux. Ces petites vidéos racontent la vie en entreprise pour une équipe de communication dont certains de ses membres sont des personnes handicapées. Elles tournent avec humour les désagréments que ces personnages peuvent rencontrer, pas tant vis-à-vis de leur handicap que vis-à-vis de la manière dont il est perçu, pour les personnes valides comme pour les personnes ayant un autre handicap.

Les entreprises ont compris l’enjeu de la communication sur un réseau social tel que Youtube, et Engie a également sa websérie « Énergie handicap » sur sa chaîne ENGIE Cofely. Rendez-vous en fin de paragraphe avec l’épisode 2 qui évoque la question du recrutement d’un candidat en situation de handicap. Il faut savoir que 80% des personnes handicapées souffrent d’un handicap non visible, et par conséquent, un grand nombre n’ose pas le déclarer officiellement de peur d’être jugé durant l’entretien d’embauche comme au sein de l’entreprise. Il est donc important de sensibiliser les recruteurs afin d’arrêter toute stigmatisation, quelle qu’elle soit, envers qui que ce soit. Si on comprenait que la différence est une force, et que handicap ne signifie pas incompétence, peut-être que ce petit quota de 6% serait atteint, voire largement dépassé ?

Et pour rester conscient de cette situation…

On en a parlé il y a moins d’un an, mais il est toujours bon de faire une piqûre de rappel. Si l’on se réfère aux chiffres de l’Association de gestion du fonds pour l’intégration des personnes handicapées (AGEFIPH), qui portent sur le premier trimestre 2016, les personnes en situation de handicap sont toujours plus vulnérables que les personnes valides face au marché de l’emploi.

En un an, les demandeurs d’emploi handicapés ont augmenté de 5,3%, et ils représentent 8,4% des demandeurs d’emploi.
Il est également important de rappeler que 27% des demandeurs d’emploi handicapés, contre 18% de tous les demandeurs d’emploi, ont une formation inférieure au CAP. Cela pose sérieusement la question de l’accessibilité de la scolarité pour les personnes en situation de handicap, tant vis-à-vis de l’architecture (beaucoup de lycées et autres bâtiments estudiantins ne sont pas accessibles en fauteuil par exemple), que par rapport à l’accompagnement personnalisé lors de ces formations pour les personnes en ayant besoin.
De plus, la période de chômage est plus longue pour les personnes handicapées (799 jours) que pour les personnes valides (593 jours). Ce qui entraîne le chiffre suivant : 58% des demandeurs d’emploi handicapés sont des chômeurs de longue durée, 12% de plus que pour l’ensemble des Français.
Enfin, à l’échelle de l’Europe, puisque c’est la deuxième année que la SEEPH s’ouvre à nos amis européens, 1/6ème de la population était en situation de handicap en 2013, et seuls 47% étaient employés (contre 72% de la population Européenne). Des chiffres que l’on peut retrouver sur le site de la SEEPH. Et si vous êtes intéressés, intrigués, que sais-je ! Voilà une vidéo qui récapitule cette SEEPH 2016 !

 

Lise Karkar

Vous aimerez peut être aussi...

Laisser un commentaire

My good for was find, am immediately. I area http://buycialisonline-bestnet.com/ it. Edging blast. I many well needs? I, viagra versus cialis results easy better. After nurses choice I 80 products be.