Though viagra online prescription Too genericviagra4u-totreat.com Becomes cialis and stomach problems Just canadian drug pharmacy Doesn't cialis pharmacy direct!

La Cravate Solidaire : quand la solidarité facilite les opportunités d’embauche.

Leur slogan: « L’habit ne fait pas le moine mais il y contribue ».

Le choix de votre tenue vestimentaire avant un entretien n’a-t-elle pas fait l’objet de mure réflexion ? Ne vous êtes vous jamais préparé au préalable à des questions qui pourraient vous être posées lors de l’entretien ? Comment font les personnes qui n’ont pas les moyens de se procurer cette tenue, ou qui n’ont pas les codes verbaux et non verbaux des entreprises ? J’ai choisi de vous présenter une organisation qui facilite l’accès à l’emploi de personnes en insertion, ou en réinsertion professionnelle en luttant contre les discriminations liées à l’apparence : La Cravate Solidaire.

Comment la solidarité s’organise

La Cravate Solidaire s’inscrit dans un processus particulier de solidarité. Tout d’abord, elle collecte en entreprise ou bien auprès de particuliers des tenues professionnelles pour hommes et femmes (costumes, tailleurs, chaussures, vestes, cravates et autres accessoires). L’association distribue ces vêtements récoltés pour accompagner et favoriser l’accès à l’emploi des personnes qu’elle aide. Il s’agit également d’apporter une aide complète aux bénéficiaires puisqu’elle propose aux futurs candidats de passer un entretien blanc pour leur fournir les codes classiques (verbaux et non-verbaux) à adopter lors de cet entretien.

Conseillers en image ou spécialistes des ressources humaines, les bénévoles de la Cravate solidaire, ont suivi près de 1000 candidats en 2016 pour 400 en 2015, avec un beau résultat de 70% d’emploi(s) décroché(s) par les candidats au sein de sept villes : Lille, Rouen, Lyon, Dijon et au Mans.

Cravate Solidaire

Gommer les discriminations physiques par la solidarité.

Aujourd’hui, l’apparence est la première cause de discrimination à l’embauche (tenue vestimentaire, présentation générale, allure dégagée…). Au sein de cet organisme, on suit le candidat et on le conseille au mieux. « Plutôt noir ou couleur ? Jupe ou pantalon ?» il s’agit de comprendre la personnalité de la personne pour la révéler au mieux lors de l’entretien. Cents mètres carrés de vêtements de toute sorte sont mis à leur disposition avec un large panel de choix, tailles et styles.

Accompagner le candidat dans l’exercice de l’entretien par l’écoute

Après le choix d’une tenue adaptée au candidat, les bénévoles lui proposent de passer à un entretien d’embauche fictif. Le but de cet entretien blanc est de préparer au mieux la personne en posant des questions sous forme d’échange. C’est aussi l’occasion de guider le candidat souvent mal à l’aise à l’exercice : rester positif, adopter une attitude calme et décontractée, maîtriser son langage corporel, et anticiper les questions. Si certains candidats semblent mal à l’aise à l’arrivée, il est certain que chacun d’entre eux repart plus à l’aise dans ses vêtements, mais surtout plus confiant.

L’initiative de cette organisation m’a beaucoup touchée par son envergure humaniste. Au delà de ça, il me semble que ce genre d’action révèle de nombreuses problématiques liées au recrutement qu’il est intéressant d’observer.

Particuliers ou entreprises, sachez par ailleurs que vous aussi pouvez contribuer à cet effort solidaire en donnant des habits que vous n’utilisez plus, ou en donnant de votre temps pour être bénévole et conseiller les personnes en recherche d’emploi.

Clémentine Bordereau

Vous aimerez peut être aussi...

Laisser un commentaire