Though viagra online prescription Too genericviagra4u-totreat.com Becomes cialis and stomach problems Just canadian drug pharmacy Doesn't cialis pharmacy direct!

Recrutement : quand le candidat fait passer un entretien à l’entreprise

Quand on vous dit « entretien d’embauche », vous imaginez un candidat tiré à quatre épingles, angoissé dans la salle d’attente en train de repasser son discours de présentation encore et encore ? Moi aussi, mais ça, c’était avant de réaliser mon stage en société de conseil. Cette plongée dans le monde professionnel m’a fait réaliser que le pouvoir lors des entretiens était parfois inversé.

De la marque employeur au site de notation d’entreprises

Notre blog propose une section entière dédiée à la marque employeur. C’est aujourd’hui un enjeu majeur des ressources humaines, car le RH doit être capable de vendre son entreprise pour attirer les meilleurs talents, comme nous l’expliquait Zoé Delaforge dans son article Attirer les talents rares : le cas du développeur informatique.
Si la marque employeur et la stratégie de recrutement sont développées par l’entreprise, d’autres outils permettent aujourd’hui aux candidats potentiels de se faire une idée sur l’entreprise pour laquelle il postule.
Les sites comme Glassdoor permettent aux salariés ou à ceux qui ont passé un entretien dans une entreprise de noter celle-ci sur de nombreux critères tels que l’ambiance au travail, les perspectives d’évolutions, le type de management, les récompenses et la reconnaissance du travail des salariés… Selon l’article des Echos Business de février 2012, il s’agit de « renverser le jeu » de sorte que l’employeur ne juge plus le candidat, mais à l’inverse se fait juger par lui.
Comment cette nouvelle tendance influence le processus de recrutement ?

Quelle posture adopter en tant que recruteur ?

Si les recruteurs sont habitués à établir des stratégies pour attirer les meilleurs talents dans leur entreprise, il semble que l’apparition de sites tels que Glassdoor compliquent leur tâche. Outre le fait que certains commentaires négatifs peuvent dissuader les candidats d’accepter les propositions salariales, les sites participent à une inversion du pouvoir lors du processus de recrutement. De la même façon qu’on lit les avis de clients sur internet avant de réserver un hôtel ou une table dans un restaurant, on se renseigne désormais sur l’entreprise avant d’en accepter l’offre, voire avant d’accepter de se rendre à l’entretien d’embauche.
Plus que jamais le RH doit savoir convaincre le candidat qu’il approche, tout en restant subtil, afin d’éviter le risque pour l’entreprise de se positionner trop en demande vis-à-vis des candidats.
Tout d’abord, à trop vouloir attirer les candidats, l’entreprise risque de provoquer la suspicion chez ces derniers qui risquent alors de se demander pourquoi l’entreprise est à ce point en demande : que peut-elle bien cacher qui expliquerait cette situation ?

Il y a un autre risque à parer : une inversion complète du pouvoir lors du processus de recrutement risque d’empêcher le RH d’évaluer le candidat. En effet, si lors des premiers contacts le recruteur se positionne en demandeur, il risque de lui être difficile par la suite de reprendre la main. Certes, le RH ne doit pas être tout puissant face au candidat car il faut que celui-ci puisse s’assurer qu’il saura s’adapter à l’entreprise et à sa politique, mais le RH doit aussi pouvoir évaluer le candidat quitte à le mettre en difficulté lors de l’entretien.

Il doit donc savoir adopter une posture qui lui permette d’attirer les candidats, parfois malgré les commentaires peu flatteurs et les notations de la part de tierces personnes sur des sites tels que Glassdoor, sans pour autant perdre sa position de recruteur et son autorité de juge.

Une révolution à relativiser

Si les sites de notations d’entreprises se sont développés depuis leur arrivée en France (en 2008 en ce qui concerne Glassdoor, et qui gère actuellement une base 11 millions d’avis), il faut néanmoins relativiser leur impact.
Il faut d’abord se dire que le recours à ces sites n’est pas automatique et qu’il n’est pas prouvé que les usagers soient complètement découragés par des avis négatifs.
Par ailleurs, l’objectivité des commentaires et des notations n’est pas non plus assurée comme l’explique Sonia Nair, directrice du marketing et de la communication chez Blue-infinity dans une interview pour le site hebdo.ch : « L’anonymat donne la possibilité à n’importe qui de rédiger une évaluation de la société, et à une même personne de multiplier les profils. Par ailleurs, Glassdoor nous a proposé d’ouvrir un compte premium payant, dont une des options permet de décider quel avis serait mis en avant sur notre profil. Cette démarche – que nous avons refusée – engendre aussi une perte d’objectivité. ».

Par ailleurs, il ne faut pas seulement voir le verre à moitié vide : le développement du site peut permettre aux employeurs d’avoir un retour plus objectif sur la réalité de leur entreprise et de pouvoir agir en connaissance de cause selon le principe d’un management agile, c’est-à-dire en prenant en compte les critiques des salariés pour s’améliorer.

Une fois domptés, les sites de notations pourraient devenir des outils utiles pour les RH et pour les entreprises en général.

Et vous, avez-vous déjà eu recours à des sites de notation d’entreprises ?

Vous aimerez peut être aussi...

Laisser un commentaire

My good for was find, am immediately. I area http://buycialisonline-bestnet.com/ it. Edging blast. I many well needs? I, viagra versus cialis results easy better. After nurses choice I 80 products be.