Though viagra online prescription Too genericviagra4u-totreat.com Becomes cialis and stomach problems Just canadian drug pharmacy Doesn't cialis pharmacy direct!

Le nouveau bulletin de salaire : une réforme payante ?

En France, il existe un Conseil de simplification. Créé en janvier 2014 et présidé par Thierry Mandon et Guillaume Poitrinal, celui ci vise à simplifier la relation des français avec l’administration. En effet, on se souvient encore du scandale de la « phobie administrative » de l’ex secrétaire d’Etat Thomas Thévenoud, qui n’est que l’illustration qu’un français sur quatre juge complexe ses relations avec l’administration.

Le nouveau bulletin de salaire : une reforme payante ?

« Le choc de la simplification ».

Depuis trois ans, « simplifier » est devenu le mot d’ordre du gouvernement afin de faciliter les rapports quotidiens des salariés et des entreprises avec l’administration et les différentes démarches françaises. Ce sont 170 mesures de simplification, visant à favoriser le développement économique et ainsi l’accès à l’emploi, qui ont été présentées au début de l’année 2016 dans un débat nommé « La Simplification en Marche ». Parmi elles, celle de la nouvelle formule de la fiche de paie, une problématique éminemment RH sur laquelle nous allons nous pencher ici.

Un bénéfice pour les salariés.

Dans cette démarche, on conçoit tout d’abord la volonté du gouvernement de rendre les français égaux face à l‘exercice de leurs droits citoyens. En effet, la complexité de la formule de la fiche de paie telle qu’on la connaît aujourd’hui pénalise ceux qui ne maîtrisent pas les codes de l’administration, ou même ceux de la langue. Rendre le bulletin de salaire plus compréhensible en diminuant le nombre de lignes, c’est aider les français à y voir plus clair et plus rapidement. Ainsi, le gouvernement a divisé par deux le nombre de lignes, et a créé des thèmes : santé, retraite, chômage, allocations familiales, qui viseront dès 2018 (date à laquelle toutes les entreprises devront adopter cette nouvelle formule) à clarifier ce qui reste, pour beaucoup, une énigme.

Une simplification à relativiser ?

« Simplifier, c’est gagner en compétitivité, pour nos entreprises, nos TPE et PME, nos entrepreneurs, les indépendants, qui consacrent trop de temps aux démarches administratives », a déclaré Manuel Valls le 3 janvier. Jean Christophe Scibberas, DRH du groupe Solvay, appuie cette initiative dans une interview donnée à RTL le 2 mai 2016.

Cependant, certains considèrent cette démarche bancale au vue du droit des salariés. En effet, ce sont les syndicats qui, en premier, dénoncent « une très grande perte d’informations indispensables » et craignent d’éventuelles « erreurs » ou « fraudes des employeurs ». Parmi ces références nécessaires qui disparaissent, il y a notamment la suppression de toute référence aux organismes collecteurs permettant de les identifier, ce qui empêcherait toute traçabilité en cas de litige.

Vers une solution digitale ?

C’est ici que l‘on peut parler d’une solution digitale à ce conflit : la mise en place de la dématérialisation de la fiche de paie. En effet, en écrivant cet article, je prends conscience de deux points : il faut que chacun puisse lire et comprendre rapidement son bulletin de paie, mais il faut également que chacun puisse justifier ce qui a constitué ses cotisations tout au long de sa vie. Alors, pourquoi ne pas généraliser la fiche de paie en coffre fort numérique et y inclure deux onglets : l’un détaillé, un autre simplifié, comme compromis à cette situation ?

Et vous, que pensez vous de cette nouvelle initiative du gouvernement ?

En général, le choc de la simplification est il pour vous un bon point pour le travail des ressources humaines ?

Vous aimerez peut être aussi...

2 Réponses

  1. Merci pour cet article. La chose me parait un peu plus complexe. Clarifier n’est pas simplifier. Digitaliser non plus. Faire simple est souvent complexe et coûteux. ll ne suffit pas de recommander des mesures de pure simplification de la forme du bulletin par un jeu d’écritures ou de regroupement de rubriques. Les entreprises porteraient encore, en plus de leurs rôles bénévoles de collecteur de l’État, la charge de cette mesure complexifiante d’immobilisme simplificateur.

    Pour faire évoluer le bulletin de paie en profondeur, il faudrait :
    1) faire évoluer les règles qui le sous-tendent et donc les régimes applicables en matière de cotisations et de contributions sociales et fiscales assises sur la rémunération ;
    2) réorganiser et limiter le nombre d’organismes – plus de 200 aujourd’hui ! – chargés de recouvrer les prélèvements sociaux.

    L’onde de choc de la simplification atteindra-t-elle les partenaires sociaux qui pilotent ces organismes ?

    Voir article ici : Simplification de la feuille de paie : vers un bulletin citoyen ? (http://www.parlonsrh.com/simplification-feuille-paie-vers-bulletin-citoyen/ )

  2. P.BAR dit :

    Je suis employeur et pourtant je suis parfaitement de l’avis des syndicats. En voulant simplifier on complexifie ce qui existe. Outre les erreurs toujours possibles, que répondre à un salarié qui demandera le détail des cotisations qui lui ont été retenues ? Complexification et charge supplémentaire pour le service paie! En cas de litige ou de contentieux prud’homme il faudra bien justifier, refaire les comptes le cas échéant.
    Et puis il y aura le contrôle URSSAF… Vraiment, je ne vois pas ce qui gène actuellement dans la lecture de la feuille de paie…

Laisser un commentaire

My good for was find, am immediately. I area http://buycialisonline-bestnet.com/ it. Edging blast. I many well needs? I, viagra versus cialis results easy better. After nurses choice I 80 products be.