Though viagra online prescription Too genericviagra4u-totreat.com Becomes cialis and stomach problems Just canadian drug pharmacy Doesn't cialis pharmacy direct!

Tuto : les qualités d’une femme en entreprise

Elles seraient plus coopératives, plus à l’écoute, elles auraient le sens de l’organisation: les femmes féminisent-elles les entreprises ?

« Comment allez-vous féminiser cette émission ? ». C’est la question qui sidère les deux journalistes présentatrices de l’émission Envoyé Spécial de France 2, Françoise Joly et Guilaine Chenu. Interviewées sur France Inter par Sonia Devillers, elles témoignent de l’absurdité de cette question, comme si leur seul rôle en tant que femme était d’apporter leur qualités féminines. En effet, si les femmes « ne s’autorisent pas à briser la plafond de verre », lorsqu’elles le font, elles sont automatiquement réduites à leurs qualités dites “féminines”. Mais quelles qualités ? Vous l’aurez deviné, ceci n’est pas vraiment un tuto.

Les qualités « féminines » en entreprise : vers le stéréotype

La répartition des métiers entre hommes et femmes tiendrait dans la différence des qualités respectives des genres. Le tableau de Bem propose une classification de ces « rôles sexuels » :

  • items masculins : se comporte en leader, agressif, sûr de soi, confiance en soi, dominateur…
  • items féminins : sensible aux besoins des autres, compréhensif, loyal, accommodant, doux…

Or les qualités ici associées aux femmes sont aujourd’hui pour beaucoup celles que l’on associe au management. On parle ainsi des « forces des femmes managers » qui seraient plus coopératives, plus à l’écoute etc. Au delà des méthodes d’association des qualités selon la distinction féminin/masculin, ce qui pose problème c’est que les femmes détiendraient ces qualités du fait de leur rôle de mère, de leur organisation entre vie personnelle et vie privée. Retour au stéréotype.

Des qualités réelles ?

Pourquoi attribue-t-on certaines qualités aux femmes et d’autres aux hommes ? C’est qu’il y a des enjeux sociologiques derrière cette répartition. En effet, les études sociologiques du genre révèlent des différences, notamment d’éducation, entre les filles et les garçons, impliquant le développement de différents traits de personnalité. Si certaines sont plus fréquentes chez les hommes que chez les femmes, ce serait donc parce qu’elles ont été plus développées dans leurs périodes de socialisation, c’est-à-dire les différents processus de conditionnement. Dès lors, les hommes peuvent tout autant développer des qualités dites féminines et inversement. On est loin des filles en roses et des garçons en bleu.

Le genre déterminé?

Les femmes à l’origine d’un nouveau type d’entreprise ?

On reconnaît aux femmes des qualités qui permettraient de développer leurs fonctions au sein de l’entreprise. Or c’est parce qu’elles accèdent à des postes qui, jusque là, étaient principalement occupés par des hommes. Elles apportent donc un regard neuf, comme le ferait une personne issue des nouvelles générations, homme ou femme.

Les clichés ont la vie dure. Pour y mettre fin, Sophie Péters conclue, dans son article pour Le Monde « Libérez la RH des stéréotypes liés au genre » : « il n’y a donc pas de management biologiquement féminin ou masculin, mais un management résolument moderne et contemporain, unisexe, à l’image de la personnalité, de l’expérience et des compétences de chacun ».

Adélie Touleron

Vous aimerez peut être aussi...

Laisser un commentaire

My good for was find, am immediately. I area http://buycialisonline-bestnet.com/ it. Edging blast. I many well needs? I, viagra versus cialis results easy better. After nurses choice I 80 products be.