Though viagra online prescription Too genericviagra4u-totreat.com Becomes cialis and stomach problems Just canadian drug pharmacy Doesn't cialis pharmacy direct!

Le coming out en entreprise : faut-il mettre sa sexualité au placard ?

Annoncer son orientation sexuelle ou son identité de genre peut paraître incongru, voire « hors sujet » dans le monde du travail. Et pourtant, le coming out est une réalité face à laquelle les entreprises doivent s’adapter.

Coming out en entreprise : caricatureCaricature par l’Association Autre Cercle

Le coming out est-il un passage obligé ?

En France, l’imaginaire collectif se représente souvent une « sacro-sainte séparation entre vies publique et privée », comme le souligne Hussein Bourgi, président du Collectif contre l’homophobie et pour l’égalité des droits de Montpellier. Et dans les faits, les salariés LGBTQ (Lesbiennes, Gays, Bisexuels, Transgenres, Queers) semblent partager cet avis, puisque 67% d’entre eux en 2011 souhaitaient rester invisibles, selon un sondage de l’Autre Cercle, association gay-friendly.

Mais même les chiffres évoluent : ils étaient plus nombreux à garder le silence en 2006 (74%), et avec l’avènement du mariage pour tous en 2012, force est de croire qu’ils seront aussi plus nombreux à vouloir en sortir.

Plusieurs raisons expliquent leur choix : à petite échelle, rien que l’ambiance entre collègues peut devenir une source d’angoisse difficile à gérer au quotidien. On veut séparer vie privée et vie professionnelle, mais en réalité, les discussions au bureau tournent très vite autour de la relation de couple, de la famille… Décider de ne pas faire de coming-out, c’est se décider à ne rien dire, ou alors à remplacer les pronoms du conjoint, passant d’un « lui » à « elle »… La pression sociale qu’impliquent ces omissions, cette présomption d’hétérosexualité, peut finalement pousser à la confession.

Le coming out reste malgré tout une prise de risque : d’après le Défenseur des droits, une institution gouvernementale qui lutte pour les droits des citoyens face aux administrations, seulement 7% des entreprises qui possèdent une politique diversité mentionnent ce critère. Beaucoup pensent que être « out » en entreprise peut aussi entraver la progression de carrière, même si le problème se fait désormais moins chez les salariés, mais de plus en plus dans des postes élevés et dans des petites entreprises.

Pourquoi et comment bien accueillir un coming-out dans le cadre du travail ?

Les entreprises gagneraient à sensibiliser leurs employés en interne et à lutter contre les discriminations, car instaurer un climat d’intégration contribue à renforcer la cohésion : l’isolement que vivent certains salariés LGBTQ tendrait alors à diminuer, et cela leur permettrait également d’améliorer leurs performances au travail, une fois cette charge de stress en moins. De plus, en externe, s’engager pour l’égalité des traitements entre salariés permet de mettre en valeur l’image de l’entreprise auprès du grand public.

Très concrètement, il faudrait pouvoir assurer une égalité de traitement pour tous les salariés, que ce soit pour leurs droits ou pour leurs avantages sociaux. Plusieurs entreprises s’y sont déjà mises, comme le groupe Orange, qui désormais accorde les mêmes droits aux congés pour tous les couples pacsés ou mariés. De même, les groupes Randstad, Eau de Paris, IBM et SFR élargissent le congé « paternité » à un congé « parentalité ».

Mais avant tout, il faudrait garantir la confidentialité des informations que le salarié confie à son employeur ou à ses responsables RH. Car le coming-out est loin d’être systématique pour tout le monde, et relève surtout d’une décision personnelle.

Est-ce que les pratiques RH de votre entreprise sont vraiment neutres dans leur gestion de la diversité LGBT ? Pour bien commencer, l’Institut Randstad et l’association l’Autre Cercle ont élaboré un questionnaire d’auto-diagnostic, un premier pas vers la reconnaissance qui propose aussi quelques pistes d’évolution possibles : « QuickScan : votre entreprise est-elle gay friendly ? »

A faire circuler sans modération !

Lucie LIU

Vous aimerez peut être aussi...

3 Réponses

  1. février 9, 2016

    […] possible de s’épanouir. Malheureusement, comme le montre Lucie Liu dans l’article « Le coming-out en entreprise : Faut-il mettre sa sexualité au placard ? », le coming-out reste considéré comme une « prise de risque », et « seulement 7% des […]

  2. février 16, 2016

    […] aisément que pour certains, avouer son homosexualité soit une crainte. C’est ce que l’article « Le coming-out en entreprise : Faut-il mettre sa sexualité au placard ? », paru il y a quelques jours, soulignait. Or si le sujet reste tabou, on risque fort de voir […]

  3. mars 17, 2016

    […] en un seul article. Je vous invite donc à vous rendre sur les articles traitant du sexisme ou du coming out au travail, ainsi que de l’action de randstad contre le sexisme au travail pour de plus amples […]

Laisser un commentaire

My good for was find, am immediately. I area http://buycialisonline-bestnet.com/ it. Edging blast. I many well needs? I, viagra versus cialis results easy better. After nurses choice I 80 products be.