Though viagra online prescription Too genericviagra4u-totreat.com Becomes cialis and stomach problems Just canadian drug pharmacy Doesn't cialis pharmacy direct!

« Laïcité » : LA solution à la discrimination à l’embauche ?

laïcité

 

    Qu’on se le dise clairement : les Français croyants, qu’ils soient juifs, catholiques ou encore musulmans acceptent de moins en moins de dissimuler leur appartenance religieuse sur leur lieu de travail. Et pourtant, la discrimination religieuse au travail n’a jamais été aussi présente, et cela dès l’embauche.

    Si liberté et laïcité sont deux piliers fondamentaux de notre république, le cas de l’entreprise est bien particulier car il relève du domaine privé. Ainsi, les entreprises doivent le plus souvent recourir aux compromis (et donc au cas par cas) pour satisfaire à la fois la liberté religieuse de leurs salariés ainsi que ses besoins économiques et son équilibre social. Malheureusement, ces compromis sont souvent bien délicats à trouver.

    Ainsi, l’unique solution serait-elle finalement l’exigence de la laïcité dans l’entreprise ?

La discrimination religieuse à l’embauche : une question omniprésente

Combien de fois avez-vous entendu parler de cette jeune femme musulmane voilée refusée lors de son entretien d’embauche sans motif valable ?

S’il est vrai que de nombreux efforts sont menés pour promulguer la diversité dans les entreprises, celles-ci préfèrent la plupart du temps choisir la facilité lors du recrutement et se tourner avant tout vers des personnes sans religion apparente pour éviter toute potentielle complication liée à cette fameuse religion.

Par conséquent, la discrimination des personnes religieuses est très importante lors de l’embauche, notamment pour les personnes de religion musulmane. Ainsi, l’institut Montaigne montre qu’un candidat musulman doit envoyer 4 fois plus de CV que son homologue catholique pour décrocher un entretien d’embauche. Mais la discrimination des personnes musulmanes est loin d’être isolée. Ce même institut Montaigne (dans son testing Valfort) montre que la probabilité d’un catholique pratiquant d’être contacté par un recruteur pour un entretien d’embauche est supérieure de 30% à celle d’un juif pratiquant.

Ne restons pas totalement pessimiste cependant. En effet, pensez à toutes les solutions apportées par les entreprises pour promulguer la diversité religieuse : entre les aménagements horaires, la mise en place de menus spécifiques ou encore la création de lieux de culte dans l’entreprise, les salariés semblent pouvoir affirmer leur religion de plus en plus librement.

Cependant, ces adaptations n’existent qu’une fois les salariés embauchés. Et elles ne jouent en rien sur le fait qu’avec un même diplôme, un candidat musulman pratiquant ait 4 fois moins de chance d’être embauché qu’un candidat athée ou catholique.

Donc si les compromis ont lieu une fois dans l’entreprise, ils semblent plus compliqués à mettre en place lors de l’embauche.

Pour recruter de manière absolument impartiale, deux solutions sembleraient s’offrir aux recruteurs : soit ceux-ci décident d’adopter un regard absolument neutre et sans préjugés, solution qui semble bien idéaliste, soit ils exigent une laïcité absolue dans l’entreprise et cela dès l’embauche.

La laïcité absolue : la seule et l’unique solution ?

Une laïcité totale dans l’entreprise privée ? Tel est le choix d’entreprises comme Disneyland ou Paprec.

Avec plus de 15 000 salariés, 100 nationalités et 20 langues parlées, le choix de Disneyland face à la diversité religieuse est simple : « nous sommes une entreprise laïque » et tout salarié en interaction avec le public a le devoir de respecter ce principe de laïcité. Face à cela, l’entreprise propose des menus variés pour répondre aux diverses attentes des salariés, sans introduire pour autant de référence religieuse. Compromis réussi ?

De son côté, Paprec, entreprise de recyclage de 4 000 salariés, est allée jusqu’à rédiger une charte de laïcité avec les droits et devoirs des salariés relativement aux questions religieuses. Ainsi, la devise de Paprec est la suivante : « Bienvenue, mais sans voile ».

Fini les justifications mensongères, fini les injustices lors de l’embauche… Mais quelle liberté reste-t-il ?  Exiger une laïcité absolue pour masquer toute diversité religieuse, n’est-ce pas un pas de plus vers un modèle de pensée unique ?

Quelles autres réponses pour avancer ?

L’expansion des RSE (responsabilité sociétale de l’entreprise) serait une première solution. En effet, il s’agit pour les cadres de l’entreprise d’établir une communication interne avec leurs salariés et de décider ensemble des droits et devoirs en matière religieuse. Si cette communication semble uniquement apporter des solutions une fois le salarié intégré dans l’entreprise, elle serait également utile si on l’étend au moment décisif qu’est l’embauche. Il s’agirait en effet pour le recruteur d’évoquer dès ce moment la question de la religion avec  son futur salarié pour briser tout tabou et prendre ainsi la décision la plus juste possible.

Enfin, dans le cas où les problématiques religieuses dépassent le droit établi par l’entreprise, le recruteur n’aura pas le choix et devra recourir au cas par cas. Et pour cela, la meilleure solution serait alors d’apporter des réponses non religieuses et factuelles aux demandes religieuses. En agissant ainsi, il serait possible d’avoir une cohérence dans les discours apportés par chaque membre de l’entreprise et d’échapper aux jugements personnels, souvent la source des discriminations.

D’autres solutions restent évidemment à trouver… Et vous, quelles réflexions apporteriez-vous pour avancer sur ce sujet épineux ?

Vous aimerez peut être aussi...

Laisser un commentaire

My good for was find, am immediately. I area http://buycialisonline-bestnet.com/ it. Edging blast. I many well needs? I, viagra versus cialis results easy better. After nurses choice I 80 products be.