Though viagra online prescription Too genericviagra4u-totreat.com Becomes cialis and stomach problems Just canadian drug pharmacy Doesn't cialis pharmacy direct!

Syndicats, patronat : entre crise et réforme.

Annonce de suppressions de poste, chemise arrachée, tollé médiatique : rien ne semble plus aller pour le syndicalisme en France.

L’actualité brûlante de la semaine dernière m’a amenée aujourd’hui à m’interroger sur la crise du syndicalisme en France qui sévit depuis la fin des années 1970 et semble s’être amplifiée ces dernières années.

Si Air France paraît vulnérable, voire même menacée puisque la compagnie accumule les pertes depuis 2008 (aspect que nous avions déjà évoqué dans un précédent article) ce n’est pas l’unique entreprise à être confrontée à une rupture du dialogue social.

On constate une forte baisse du syndicalisme partout en Europe, mais celle-ci est encore plus significative en France. Dans son livre La gestion des Ressources Humaines, Jean-Marc Le Gall affirme que selon « les estimations plus vraisemblables en 2010, moins de 9% des salariés actifs sont syndiqués, contre 14 % en 1980 ».

Selon J. F. Amadieu, le divorce entre d’une part les salariés et de l’autre l’image et les valeurs que les syndicats entendent promouvoir, expliquerait la désaffection à l’égard du syndicalisme. Ainsi l’une des raisons qui semble attester de ce hiatus dans le dialogue social, serait l’existence d’une crise identitaire au sein des confédérations plutôt qu’un défaut de prise en compte des intérêts matériels des salariés.

manif-pilotes

L’incident survenu lors de la réunion du Comité Central d’Entreprise (CCE) du 5 octobre, pendant lequel des violences ont été perpétrées par un groupe d’individus venus manifester a suscité de nombreuses réactions. Ainsi, Dominique Andolfatto, professeur de sciences politiques à l’université de Bourgogne aurait déclaré : « Le lynchage de deux dirigeants d’Air France, lors d’une réunion du comité d’entreprise, ne peut qu’interroger sur les relations professionnelles “à la française”. (…) C’est enfin un type de management descendant, et agitant le chiffon rouge, qui est en cause. Au fond, ces relations sociales réduites à un rite primitif témoignent d’une démission collective (…) ». Ces propos recueillis par le journal Le Monde renforcent l’idée selon laquelle le syndicalisme se trouverait dans un état crépusculaire.

Réintroduire un vrai dialogue entre les différentes parties prenantes.

Cependant ces propos sont sans doute à nuancer, puisque depuis l’incident le dialogue s’est réinstauré chez Air France : syndicats et direction souhaitent en effet établir un calendrier de négociation afin d’aboutir à un accord Perform 2020. Chaque partie est prête à faire des efforts afin de ne pas avoir recours au « plan B » autrement dit à la suppression de 2 900 postes (dont des licenciements secs).

D’ailleurs le sociologue Laurent Bigorgne, directeur de l’Institut Montaigne affirme que : « (…) Pour la compétitivité et l’emploi, nous ne pouvons plus tourner le dos à un dialogue social plus représentatif, plus fort et plus constructif. (…) Aux entreprises d’assumer la prise de risque et un dialogue social plus dense. »

Les syndicats ont donc un rôle majeur à jouer dans la résolution des conflits, de manière générale, l’enjeu étant de rapprocher les différents acteurs malgré leurs objectifs divergents. Toutefois dans un contexte aussi tendu et où le syndicalisme tend à s’affaiblir de plus en plus, comment favoriser la compétitivité et l’emploi alors que le dialogue semble rompu ?

Selon Jean-Marc Le Gall, c’est d’une profonde réforme interne, sinon d’une révolution culturelle, dont les syndicats auraient besoin, qui associerait un véritable retour à l’entreprise par une amélioration des relations entre les délégués et les acteurs du jeu social, afin de mieux appréhender les nouvelles conditions de l’activité économique.

Et vous, pensez-vous que la reprise des négociations chez Air France pourra prendre cette direction ?

Vous aimerez peut être aussi...

Laisser un commentaire

My good for was find, am immediately. I area http://buycialisonline-bestnet.com/ it. Edging blast. I many well needs? I, viagra versus cialis results easy better. After nurses choice I 80 products be.