Though viagra online prescription Too genericviagra4u-totreat.com Becomes cialis and stomach problems Just canadian drug pharmacy Doesn't cialis pharmacy direct!

Trop vieux pour l’emploi ?

L’âge est aujourd’hui le premier facteur de discrimination à l’embauche et les « jeunes » comme les « vieux » sont les plus touchés par le chômage.

Pourtant, la discrimination à l’embauche des « seniors » semble moins évoquée dans les médias que d’autres (comme par exemple la discrimination sur l’origine, l’apparence physique, le sexe ou encore l’orientation sexuelle).

emploi seniors

L’association A Compétence Égale s’est intéressée à ce phénomène, en croisant les perspectives des candidats, des recruteurs en entreprise et des consultants en cabinet. Les résultats sont publiés sous la forme d’un Baromètre « L’accès à l’emploi et l’âge : les seniors » instructif quant à cette réalité.

Retour sur la notion de « senior »

Le terme peut désigner deux choses. D’abord, une personne avec un certain nombre d’années d’expérience, d’une expertise, qui lui donnent le qualificatif de « senior », par opposition à « junior » (le terme ne veut donc pas dire « vieux » puisqu’on peut devenir consultant senior à 30 ans !). Cependant, quand on parle de l’embauche des « seniors », on se réfère à un qualificatif d’âge : à partir d’un certain âge, on deviendrait « senior » dans l’imaginaire collectif et a fortiori pour les recruteurs.

A quel moment devient-on senior ? Là encore, la notion est floue et assez subjective : elle varie d’un individu à l’autre, selon son âge, mais aussi son positionnement : candidats, cabinets et entreprises ne placent pas le curseur au même endroit. Elle varie généralement des plus de 45 aux plus de 50 ans.

Les freins à l’embauche des seniors et pourquoi il faut les remettre en question

Derrière la réticence de beaucoup de recruteurs se trouve l’idée que le recrutement du candidat ne va pas être « rentable » car celui-ci ne serait pas un profil « à potentiel », c’est-à-dire un profil pouvant évoluer à moyen et long terme dans l’entreprise. Cette idée semble aujourd’hui plus que discutable si l’on considère que l’âge minimum de départ à la retraite est de 62 ans (l’âge maximum de 70 ans et celui à taux plein automatique de 67 ans), ce qui laisse aux 45 -50 ans une bonne quinzaine d’années à travailler au sein d’une entreprise ! Les seniors ont donc bien un potentiel d’évolution qui, allié à des compétences et une expertise souvent reconnues par les entreprises, peuvent en faire de très bons éléments. Cette réalité est renforcée par le fait qu’il est rare que des candidats plus jeunes restent aussi longtemps dans une même entreprise !

ne pas se passer des seniors

Face à cette réalité, de façon générale, un vrai travail de sensibilisation doit être envisagé.

Du côté des candidats et des recruteurs, quelle position adopter ?

Pour les recruteurs (en entreprise et en cabinet), on ne le dira jamais assez, le recrutement doit se faire sur la base des compétences !

Pour les candidats, il peut être intéressant de valoriser les éléments reconnus et appréciés par les entreprises : expérience, autonomie, expertise, capacité de prise de recul… Plus encore, il vaudrait mieux se positionner comme « profil senior » (le qualificatif fait alors référence aux compétences) plutôt que comme « candidat senior » (le qualificatif met l’accent sur l’âge). Il faut aussi avoir en tête les principaux freins perçus par les employeurs : coût, difficulté à être managé, temps restant à travailler dans l’entreprise, résistance au changement pour éventuellement rassurer les craintes.

Par ailleurs, cette problématique est particulièrement présente pour les cabinets de recrutement puisque le coût plus élevé de celui-ci pour l’entreprise peut inciter les clients à vouloir des candidats d’autant plus « à potentiel ». Pour moi, les consultants en cabinet doivent présenter les candidats seniors en jouant leur rôle de conseil et d’accompagnement (l’enquête montre d’ailleurs que sur l’échantillon analysé le retour des clients est majoritairement positif). C’est justement sur les problématiques de discrimination et des « peurs » du client que le positionnement de conseil d’un consultant est clé.

De façon plus générale, entrer dans une démarche dynamique de non-discrimination par le biais d’associations ou d’initiatives internes est à valoriser. Ainsi, certains cabinets permettent à leurs commerciaux de ne pas accepter les contrats discriminants, sans pour autant être désavantagés sur la partie variable de leur rémunération ; pour d’autres l’adhésion à des associations qui demandent un réel engagement améliore visiblement les practices.

Et vous, d’autres idées pour enrayer la discrimination à l’embauche des seniors ?

Vous aimerez peut être aussi...

16 Réponses

  1. BOY Elisabeth dit :

    Vous pouvez vous gargariser de tous les arguments en faveur des profils seniors, les employeurs ne réfléchissent pas de cette façon.Je fais cette expérience de recherche d’emploi difficile et usante depuis des années. J’ai 52 ans, peu importe mon expérience, mes formations ou ma créativité, ils préfèrent toujours un profil junior pour exercer des fonctions de community manager ou de communication.
    J’ai saisi le Défenseur des droits à ce sujet qui m’a de prouver cette discrimination.
    J’ai postulé pour un poste de chargée de communication auprès de leurs services et leur réponse négative est un modèle de déni.

    • Chloé Guillon dit :

      C’est effectivement le constat que je fais dans cet article, à partir d’une étude menée : les « seniors » sont victimes de discrimination à l’embauche. Malheureusement pas de recette miracle pour sortir de cette situation compliquée! Je vous souhaite en tout cas bon courage et une bonne continuation!

  2. Les juniors pensent qu’ils ne sont pas embauchés parce qu’ils manquent d’expérience. Les seniors sont discriminés parce qu’ils en ont trop et qu’ils sont donc trop chers.
    Sans parler des « pros » du recrutement qui veulent les compétences d’un senior au prix d’un junior, ça existe aussi…

  3. Vieux schnoc dit :

    bonjour, entièrement d’accord, les vieux de 50 ans peuvent crever!

    Je suis un ouvrier du bâtiment, je touche à plusieurs corps de métiers je suis au chômage depuis 16 ans et je faisais de l’intérim!
    Depuis que la gauche est au pouvoir le travail a énormément diminué, et depuis que j’ai 53 ans c’est encore pire! Avant j’avais des entretiens qui aboutissaient ou pas mais j’en avais. Maintenant RIEN.

    De plus, les jeunes n’aiment pas les vieux, on les gène!
    Un responsable m’a dit un jour  » je préfère un gars qui ne s’y connais pas beaucoup mais qui ferme son bec qu’un gars qui s’y connait bien et qui la ramène trop! »
    C’était dans une CCI.
    Autrement dit mieux vaut embaucher un jeune bon à rien mais qui ne lui fera pas d’ombre, qu’un mec comme moi, vieux et expérimenté, avec une grande gueule, qui donnera son avis et lui fera remarquer son manque de compétence!

    Et c’est valable pour plusieurs places que j’ai fait.

    On apprends pas à un vieux singe à faire la grimace, ça viens avec l’expérience et le temps. Les gorilles à dos argenté son plus malins que les jeunes bonobos!

    Relisez Lafontaine, le guenon le singe et la noix!

    • Chloé Guillon dit :

      Merci pour vos commentaires et votre retour d’expérience.
      Effectivement, les seniors ont des difficultés pour accéder à l’emploi malgré des atouts réels. Les entreprises ont le sentiment de pouvoir plus facilement investir dans des jeunes, quitte à les former. Juniors comme seniors ont des qualités à apporter aux entreprises, il faut réussir à le faire valoir lors des entretiens.

  4. Vieux schnoc dit :

    le CACES est une aberration, exactement comme les habilitations électriques. Pour une première experience je peux encore le comprendre, mais pour un homme qui a passé dix ans sur des engins et comptabilise plus de dix mille heures de conduite c’est de l’escroquerie.

    14 heures de stage pour 1200 à 1900 euros pour les mêmes qualifications dans trois centres de formations différents! Tous ça pour cocher des croix dans un QCM!

    Maintenant on empêche les gens de travailler, Un électricien avec un CAP doit aussi passer des habilitations pour travaille de nos jours me^me s’il a 50 ans et trente ans de pratique, si non RIEN la soupe !

    Le CAP ou le BEP ou le BAC ne valent plus rien!
    Il faut engraisser les organisme de formation et les vieux seront toujours mis au placard.

    Hollande dit avoir mis 2 milliards d’euros pour la formation des chômeurs, donc 500000 chômeurs x 2000 euros de formation = 2 Milliards

    Mais combien de seniors en profiteront ?

    • Vieux schnoc dit :

      J’oubliais,pour info l’habilitation électrique n’est pas que pour les électriciens, toute personne entrant dans un local électrique même le balayeur doit avoir l’habilitation H0B0 c’est un minimum, et j’ai lu sur le site de l’Apave que même un PEINTRE ou un maçon devrais avoir le document car il exerce son métier dans des locaux contenant de l’électricité!

      Les prix comme les caces sont énormes et il y a plusieurs type d’habilitations électriques suivant la qualification ESTIMÉE de l’électricien par l’organisme de formation. Si ils estime que vous n’êtes pas « capable » selon leurs critères, vous pouvez avoir 35 ans d’expériences dans le domaine vous n’aurez pas le document!

      Elle est pas belle la vie de séniors au travail ?

      Dans deux ans on demandera certainement l’habilitation électrique à tout employé allant aux toilettes pour avoir le droit d’allumer la lumière.

      Je me demande si les séniors ont le droits et la chance de devenirs formateurs, c’est LE métier d’avenir à la mode si on à bac+5

  5. Vieux schnoc dit :

    comment est utilisé l’argent alloué à la formation ?
    Parce que deux milliards c’est ce qui va aux chômeurs, en principe mais en réalité c’est 32 milliards qui sont distribués, aux centres bidons pour certains, de formation.

    Regardez le lien et vous comprendrez pourquoi les vieux restent sur la touche!

    Mais surtout ne le faite pas parvenir au pôle emploi, je l’ai fait et j’en ai pris plein la tête!

    http://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/comment-est-utilise-l-argent-alloue-a-la-formation_1286827.html

    Voilà, merci de m’avoir permis de dire mon point de vu de vieux schnock bon à abattre.

  6. sophie dit :

    Vieux schnoc vous avez bien raison
    J’ai travaillé 1/4 de siècle dans un secteur. Pour retrouver le même emploi il faut au minimum une licence. J’ai un BTS donc il me manque simplement une seule année à faire valider. Je reste au chômage à cause de cela bien que j’avais retrouvé des postes tous refusés faute d’une licence.
    1/4 de siècle de vie au travail ne vaut pas une année d’université dans le même secteur
    Un senior au chômage ne peut même pas retrouver l’emploi auquel il a pu prétendre en sortant de l’université quand il était jeûne car les diplômes aujourd’hui son donnés à tout le monde sauf aux seniors
    Votre travail de toute une vie n’a aucune valeur aux yeux de la société.
    Le fait d’avoir voulu travailler au lieu d’avoir profité d’une belle vie d’étudiant fait de vous un bon à rien
    Il ne sert à rien de savoir faire quelque chose. L’essentiel est le diplôme
    Hier un CAP formait un bon ouvrier qualifié aujourd’hui ce même CAP est donné à tout le monde et même à des personnes peu qualifiées
    Mais personne n’en tient compte
    Hier pour avoir le certificat d’étude il fallait une orthographe parfaite aujourd’hui même à l’université les gens font des fautes d’orthographe.
    Les VAE les stages c’est hors de prix et aucun senior ne peut payer
    Les seniors ne peuvent qu’être tous au chômage et dans la précarité.
    Le travail n’a aucune valeur dans notre société mais cela il faut le comprendre avant d’être senior
    Travaillez plus pour gagner plus
    Mais pas pour gagner plus en argent mais en précarité

    • Vieux schnoc dit :

      bonsoir, ne vous laissez pas faire! Moi j’ai écrit à El kromi, ministre de l’emploi et de la formation, qui m’a dit de passer par le médiateur de pôle emploi, mais il faut vous faire faire des lettres par des employeurs pour prouver que sans ce dernier niveau de qualification ils ne peuvent pas vous embaucher.
      Là seulement vous pourrez prétendre à un stage.
      Je l’ai fais pour mes caces ça faisais 11mois que je ne pouvait plus bosser car ils étaient périmés.
      Maintenant j’ai retrouvé du boulot depuis trois semaines sur Le bon coin, mais là encore l’usine à chômeur fait chier, comme je suis vieux le patron veut toucher le pognon 45% d’aides!
      Donc il est obligé de passer par pôle emploi qui lui a fait une « mise en situation professionnel! Une immersion, comme ils disent. C’est à dire que pendant deux semaines j’ai bossé pour le prix des assedics soit 4.5 euro de l’heure!

      Là il devait faire un contrat spécial avec popol, mais popol n’envoie pas les papiers, donc je bosse AU BLACK, car lui a besoin de moi mais je ne suis toujours pas déclaré, grâce à pôle emploi!

      S’il m’arrive une tuile je l’ai dans l’os, et si le pole emploi n’envoie pas les papiers avant la fin du mois, le bosse dit qu’il me payera au black, donc je perd mes assedic je ne gagne aucun jour pour mon chômage et je ne cotise pas à la retraite. Et tout ça grâce A CE GOUVERNEMENT DE MERDE QUI N’EST PAS FOUTU DE SECOUER CES CONNARD DE FONCTIONNAIRES!

      Moi j’ai cherché du boulot légalement et je suis pénalisé, VIVE LA FRANCE socialiste!

  7. sophie dit :

    Les solutions elles existent mais personne ne souhaite les appliquer.
    1° Interdire le terme senior. Quelle catégorie d’être humain aimerait être taxée de gros, maigre, gras, roux, blond etc… Senior est un mot péjoratif qui ne signifie rien d’autre que vieux et bon à rien juste bon pour l’hospice. Prononcer le mot senior devrait conduire aux mêmes sanctions que les discrinations faites par le sexe ou la couleur de la peau. Personne n’est responsable de son sexe, de sa race ou de son âge donc les mêmes sanctions devraient être appliquées. Les phrases du style les vieux ne peuvent plus conduire, les vieux ne peuvent plus apprendre, les vieux ne peuvent plus s’intégrer etc…sont de la discrimination et une atteinte à la dignité humaine. il y en a assez. Pourquoi tolérer une telle insulte discriminatoire c’est aussi grave que du racisme ou du sexisme. Pourquoi l’un est sanctionné et pas l’autre ?

    Tant que les seniors n’auront pas compris que senior est une insulte et signifie bon plus à rien ils seront discriminés.
    Tout le monde hurlerait à juste titre si les gros, les maigres étaient montrés du doigt et ridiculisés. Pourquoi c’est admis pour les seniors ?

    2° Les diplômes des seniors devraient automatiquement être revalorisés. Si hier pour telle profession il était exigé tel diplôme et que le senior avait ce diplôme pour y accéder qu’aujourd’hui après toute une vie de travail qu’il puisse encore y accéder avec une remise à niveau gratuite.
    On ne devient tout de même pas plus con en ayant travaillé toute une vie

    3° Il faut que les médiats, les journaux,donnent une image positive des seniors au lieu de les montrer tous gaga avec la maladie d’alzheimer ou de les présenter comme danger public sur la route. Assez de ces images négatives des vieux.

    4° Pourquoi ne pas former les seniors aux professions les plus recherchées ?

  1. juillet 27, 2015

    […]   […]

  2. juillet 27, 2015

    […] L’âge est aujourd’hui le premier facteur de discrimination à l’embauche et les « jeunes » comme les « vieux » sont les plus touchés par le chômage. Pourtant, la discrimination à l’embauche des « seniors » semble moins évoquée dans…  […]

  3. juillet 31, 2015

    […] peut s’avérer bénéfique, cette pratique peut devenir un obstacle à l’employabilité. La discrimination à l’embauche, bien qu’illégale, sera grandement encouragée par l’utilisation de cette réputation comme […]

  4. août 20, 2015

    […] L’âge est aujourd’hui le premier facteur de discrimination à l’embauche et les « jeunes » comme les « vieux » sont les plus touchés par le chômage. Pourtant, la discrimination à l’embauche des « seniors » semble moins évoquée dans…  […]

  5. octobre 17, 2015

    […] Trop vieux pour l'emploi. L’âge est aujourd’hui le premier facteur de discrimination à l’embauche et les « jeunes » comme les « vieux » sont les plus touchés par le chômage. Pourtant, la discrimination à l’embauche des « seniors » semble moins évoquée dans les médias que d’autres (comme par exemple la discrimination sur l’origine, l’apparence physique, le sexe ou encore l’orientation sexuelle). […]

Laisser un commentaire

My good for was find, am immediately. I area http://buycialisonline-bestnet.com/ it. Edging blast. I many well needs? I, viagra versus cialis results easy better. After nurses choice I 80 products be.