Though viagra online prescription Too genericviagra4u-totreat.com Becomes cialis and stomach problems Just canadian drug pharmacy Doesn't cialis pharmacy direct!

La formation : facteur de compétitivité pour les PME !

La formation est parfois perçue comme une contrainte budgétaire et comme un investissement superflu pour les PME, notamment dans un contexte de crise. Or, dans le Bref du Céreq de janvier 2015, Delphine Beraud revient sur cette question et montre que contrairement aux idées reçues, les PME perçoivent aujourd’hui la formation comme un véritable facteur de compétitivité auquel elles accordent une importance grandissante.

Un rôle essentiel qu’on a tendance à minimiser

Longtemps, la formation a eu une réputation peu flatteuse. Difficile pour elle de s’imposer comme un élément indispensable à l’efficacité de l’entreprise, quand aux yeux des salariés elle n’est souvent qu’un intervalle récréatif permettant de prendre ses distances avec une ambiance de travail oppressante. Mais qu’elle soit perçue comme une bouffée d’air frais méritant peu de considération ou comme une obligation nécessitant une quantité de travail plus importante au retour du stagiaire, on lui refuse dans les deux cas l’attention et l’importance qu’elle mérite.

creation-de28099entreprise-le-management-et-le-leadership-seminaire-atelier-de-formation_1

Car lorsque la formation s’inscrit dans une logique de gestion des Ressources Humaines où l’anticipation des besoins et la flexibilité s’imposent comme les maîtres mots, elle prend une toute autre dimension. Comme le souligne Noémie Demagnez, Responsable du Développement des Ressources Humaines chez Metarom France, « la formation fait la valeur d’une entreprise, elle génère sa richesse. » Elle permet le développement des compétences des collaborateurs mais aussi leur acclimatation à de nouveaux outils, à de nouvelles mesures ou encore aux évolutions et aux tendances liées à leur cœur de métier. En cela, « la formation a un véritable impact sur la performance de l’entreprise, particulièrement dans une PME où les effets, s’ils restent difficilement mesurables, sont perceptibles au quotidien ».

« On développe chaque année un projet de formation conséquent ayant pour but d’améliorer la performance de l’entreprise. En 2014, la formation consacrée au management de terrain a représenté 15% du total des heures de formation de l’année soit 574 heures de formation. Un investissement considérable, aussi bien pour le Service Ressources Humaines en amont que pour le Service Production dont les managers bénéficiaient de la formation. Mais surtout, un investissement qui a eu raison d’être puisqu’il a eu un impact réel sur l’optimisation de l’organisation comme cela a pu être constaté suite à la mise en œuvre et au suivi des plans d’action qui ont découlé de cette formation » nous confie Noémie Demagnez.

Un discours qui concorde avec les conclusions mises en avant par Delphine Beraud selon lesquelles les PME s’intéressent de plus en plus aux effets des formations qu’elles mettent en œuvre. La formation n’est donc plus une contrainte. Elle devient un véritable facteur de compétitivité qui nécessite une attention toute particulière et un accompagnement permanent.

Le secret d’une formation qui fonctionne

Car une formation qui fonctionne n’est autre qu’une formation administrée avec souplesse, marquée par la discussion et l’échange, articulée autour des besoins de l’entreprise et des attentes du salarié. En bref, former sans accompagner est une perte de temps !

Formation

La formation a un intérêt si ceux qui la développent et la mettent en place ne la voient pas comme une obligation mais comme un instrument susceptible d’avoir un réel impact sur la performance économique. Mais pour cela, il faut aussi que les salariés soient informés et se sentent impliqués dans leurs projets de formation ; être à l’écoute de leurs attentes, prendre en compte leurs remarques et essayer de toujours améliorer la qualité des stages qui leur sont dispensés doivent être une priorité pour les entreprises. Car comme le rappelle très justement Noémie Demagnez, un salarié qui a compris les enjeux et les objectifs de sa formation, qui s’est senti impliqué et écouté lors de sa mise en œuvre sera forcément plus performant qu’un salarié à qui on se serait contenté de donner une convocation mentionnant date(s), heure(s) et lieu de formation.

Avec la réforme de la formation professionnelle du 5 mars 2014 effective au 1er janvier 2015, le remplacement du DIF par le CPF a donné à la formation des salariés une dimension plus personnelle et plus individuelle. Le salarié dispose désormais d’une grande autonomie puisqu’il n’est pas obligé de bénéficier de l’accord de son employeur pour mobiliser le CPF. Mais lorsque la politique de formation de l’entreprise consiste à être à l’écoute des salariés, ils n’hésitent pas à venir demander conseil et à bénéficier d’un accompagnement dans la mise en œuvre de leur projet. Un premier CPF vient d’être validé chez Metarom, témoin de la dynamique positive qui entoure la formation et de l’accompagnement qu’elle met en avant.

Et pour vous, quel serait le secret d’une formation efficace ?

Marie Maigné

Etudiante au CELSA Paris-Sorbonne en Master 1 Ressources Humaines et Communication.

Vous aimerez peut être aussi...

1 Réponse

  1. novembre 11, 2015

    […] mon avis, le secret d’une formation efficace réside avant tout dans le projet professionnel du salarié. Si ses cours sont inscrits dans un […]

Laisser un commentaire

My good for was find, am immediately. I area http://buycialisonline-bestnet.com/ it. Edging blast. I many well needs? I, viagra versus cialis results easy better. After nurses choice I 80 products be.