Though viagra online prescription Too genericviagra4u-totreat.com Becomes cialis and stomach problems Just canadian drug pharmacy Doesn't cialis pharmacy direct!

Les vacances à volonté : une politique à double tranchant ?

L’idée est venue au PDG de Netflix, lorsqu’un de ses employés lui a dit « on ne compte pas les heures de travail, alors pourquoi vérifier le nombre de jours de congés par an ? ».

 

Depuis quelques années, les entreprises américaines comme Netflix ou Evernote ont mis en place un système de congés payés à volonté. Autrement dit, chaque salarié peut partir en vacances quand bon lui semble, en étant rémunéré.

Au départ, ce système a été mis en place afin d’attirer les talents (principalement des ingénieurs) dans l’entreprise en ventant ses avantages sociaux. Finalement, ces entreprises se sont rendues compte que non seulement leurs salariés prenaient à peine plus de congés payés (CP) que la moyenne des Américains (5 semaines par an), mais qu’en plus ils étaient plus productifs.

 

Un salarié heureux est un salarié productif

 

Dans ces entreprises, les employés sont jugés sur leurs résultats et non sur le nombre d’heures passées à travailler. Permettre au salarié de gérer ses congés c’est l’autonomiser, et donc lui faire confiance. A l’échelle de l’entreprise, cela contribue à l’ambiance générale : être autonome c’est être responsable et impliqué dans son travail. Cela permet à chacun de ressentir son importance au sein de l’entreprise et donc de s’épanouir. De plus, cela incite les salariés à évoluer dans la même société et aide ainsi à réduire le turnover.
Chez Evercontact, société française fondée par Philippe Laval qui a adopté cette politique, on ne prend pas plus de sept semaines de congés par an, ce qui revient à la moyenne des Français si on compte les RTT. Ainsi, les vacances à volonté seraient-elles plus le symbole d’une entreprise prospère qu’un réel avantage ?


vacances

 

La vie professionnelle se mêle à la vie privée

 

Outre le fait d’avoir un nombre illimité de congés, les salariés profitent d’un emploi du temps plus flexible ; plus aucun souci à s’absenter en cas de rendez-vous chez le médecin ou si son enfant est malade. Néanmoins, tous ces jours de CP ne sont pas forcément nécessaires, comme en témoigne un employé d’Evercontact qui part en général en vacances avec sa conjointe qui elle n’a que cinq semaines. De plus, le système les engage à rester disponibles et à travailler un peu, même en vacances, via leur smartphone ou ordinateur portable. Et lorsqu’ils ne sont pas en congés, les employés ne comptent pas le nombre d’heures passées à travailler : ils peuvent rester jusqu’à 22h le soir ou continuer à travailler le week-end.

 

 

A volonté, ces vacances ?

 

Pour faciliter cette politique dans le pays des lois du travail, Philippe Laval décompte tous les mois 2,5 jours de congés à ses salariés, qu’ils les prennent ou non. Ainsi, il devient plus facile de gérer les demandes de congés de chacun : il suffit de se mettre d’accord avec l’équipe.

Néanmoins, quand il n’y a aucune indication concernant les congés payés, le salarié peut ressentir de l’inconfort à prendre des vacances, et même  la culpabilité de ne pas être au travail. Cela implique aussi pour lui d’ « abandonner » son poste, et de faire face aux réactions pas toujours favorables de son équipe.
Chez Evernote, les employés profitaient tellement peu de ce système que la direction a offert 1000 dollars à chacun afin de partir en voyage, car ils étaient, selon elle, plus productifs après des vacances.

 

Ainsi, opter pour une politique de congés payés à volonté c’est aussi se plier aux valeurs et aux normes de l’entreprise : plus de vacances mais surtout plus de travail et d’implication toute l’année.  Dans un monde où les conditions de travail évoluent sans cesse, est-ce qu’un tel mode de fonctionnement n’est pas à double tranchant ?

 

Étudiants entrant dans le monde du travail ou salariés, nous sommes tous concernés par de telles politiques. Et vous, qu’en pensez-vous ?

Vous aimerez peut être aussi...

1 Réponse

  1. mai 23, 2015

    […] secondes de repos suffisent à faire la différence. D’ailleurs ceux qui prennent des vacances à volonté gagnent en productivité. Cependant toutes les pauses n’ont pas le même effet. Par exemple, […]

Laisser un commentaire

My good for was find, am immediately. I area http://buycialisonline-bestnet.com/ it. Edging blast. I many well needs? I, viagra versus cialis results easy better. After nurses choice I 80 products be.